^

Notre classe

Aéro

Élu LR, le Directeur Général de AAA supprime 719 emplois dans son entreprise

Santé, économie, environnement… Le DG d’AAA, entreprise qui veut supprimer 719 emplois, est responsable LR de la 5ème circonscription du Calvados, faisait un point sur les urgences nationales majeures. Des beaux mots pour ce patron et politicien qui veut licencier 719 salariés qui pendant la première vague de la pandémie ont dû travailler pour fabriquer des avions qui restaient cloués au sol.

mercredi 7 octobre

Les exemples montrant que l’Etat travaille au service du patronat ne manquent jamais : le récent plan de relance, les outils légales pour licencier et baisser les salaires comme le PSE et l’APC ou encore les successives reformes du code du travail en témoignent largement. Les salariés d’AAA, de leurs côtés, en ont également eu une preuve quand la police est venue dissoudre leur piquet à Méaulte. Et si jamais cela n’était pas assez, leur DG, qui mène l’offensive pour faire payer la crise aux travailleurs en licenciant 719 salariés, est aussi un homme politique. Concrètement, le DG d’AAA, Cédric Nouvelot est en effet également « vice-président du conseil départemental, responsable LR de la 5e circonscription du Calvados, délégué national adjoint du mouvement Libres (créé par Valérie Pécresse) et président du groupe LR et apparentés au conseil départemental »

Or, justement, comme on pouvait le lire hier sur Actu.fr, ce « vendredi 25 septembre 2020, Cédric Nouvelot a réuni ses partisans à Saint-Martin-des-Entrées (Calvados). Juste avant, il a fait un point sur l’actualité et les échéances politiques à venir. » et explique vouloir « se consacrer aux échéances électorales de mars prochain. » pour briguer « un mandat local ». Des termes qui ne manqueront pas de choquer les salariés d’AAA à l’heure où leur entreprise leur promet un véritable « dialogue social ». Une démonstration claire que celui-ci n’est qu’un simple enfumage et que, tandis que les salariés d’AAA sont piégés depuis trois mois dans négociations qui n’avancent pas, leur DG ne s’intéresse qu’au fait de gagner du terrain politique en préparant les élections de mars 2021.

Sur ce terrain, le point sur l’actualité de Cédric Nouvelot n’a par ailleurs pas manqué d’une bonne dose d’hypocrisie. Actu.fr rapporte en effet les propos de l’élu. « Selon Cédric Nouvelot, la Nation doit faire face, actuellement, à « 3 urgences majeures » que sont la situation sanitaire, économique et environnementale. ». La fracture qui a émergé avec les Gilets Jaunes « au sein de la population a été décuplée avec la crise sanitaire liée à la Covid. « Les cols-bleus » sont allés travailler sur les chaînes de production, notamment dans l’industrie, quand « les cols blancs, protégés, ont pu faire du télétravail ». Un « sentiment d’injustice » qu’il décrit comme récurrent, tant la population lui en parle lors de ses déplacements. ».

De belles paroles de la part de ce DG et politicien qui remercie dans le même temps les 1587 « cols bleus » de son entreprise en en licenciant 719 malgré le fait que, pendant la première vague de la pandémie, les salariés ont dû travailler pour fabriquer des avions qui restaient cloués au sol. Et cela sans compter les plus de 500 intérimaires chez AAA qui ont perdu leur travail du jour au lendemain lors du confinement.

Une belle preuve de l’écart entre les beaux discours de la bourgeoisie et la politique qu’elle mène réellement sur le plan environnemental, sanitaire et économique. Derrière l’inquiétude vis-à-vis des « cols bleus », la solution des classes dominants à la crise reste de faire payer les travailleurs. Face à cette situation, la seule issue réside dans la capacité des travailleurs à prendre en main leurs destinés contre les intérêts du patronat.




Mots-clés

Covid-19   /    Crise économique   /    Licenciement(s)   /    Aéronautique   /    Notre classe