^

Politique

Après 2 ans d'enquête

Emplois fictifs au MoDem. Vers une mise en examen de Bayrou, Goulard et de Sarnez ?

Selon le Monde ce 5 novembre, François Bayrou, Sylvie Goulard et Marielle de Sarnez ont été convoqués en vue d'une mise en examen dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs du MoDem.

mercredi 6 novembre

Crédits photo : BERTRAND GUAY / AFP

C’est un nouvel épisode dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs du Mouvement Démocrates (MoDem), le parti centriste de François Bayrou. L’affaire commence en juin 2017 avec l’ouverture d’une enquête préliminaire visant des eurodéputés du MoDem. Très vite, les choses s’emballent le 19 juillet 2007, avec l’ouverture d’une information judiciaire pour « abus de confiance », « recel » et « escroquerie » depuis 2009, suivi d’une perquisition dans les locaux du MoDem le 18 octobre 2017 et de l’élargissement de l’enquête aux faits de « détournement de fonds publics » à partir de 2005, le 19 octobre 2018.

Si l’affaire avait provoqué les démissions de François Bayrou, Sylvie Goulard et Marielle de Sarnez du gouvernement, ce fut par la suite une période de silence radio. Plus rien ou presque, si ce n’est une perquisition au domicile du directeur de cabinet de François Bayrou, Stéphane Thérou, à Pau le 2 avril 2019, puis une audition de Bayrou en septembre dernier.

L’annonce d’une convocation des pontes du MoDem en vue d’une mise en examen, et particulierement celle de sa tête de file François Bayrou, marque donc un tournant certain. Pour Macron, il s’agit d’un véritable coup dur. Non seulement, le soutien du président du MoDem avait été un élément important dans la conquête du pouvoir de l’actuel résidant de l’Elysée, mais aussi, Bayrou était resté dans le « cercle des fidèles », même après sa démission du gouvernement, jouant le rôle de proche conseiller au plus fort de la crise des Gilets Jaunes. En définitive, c’est bel et bien l’un des alliés principaux de Macron qui se retrouve aujourd’hui au centre d’une affaire judiciaire, mettant en avant tout les travers du monde de la politique professionnelle.




Mots-clés

emplois fictifs   /    François Bayrou   /    Emmanuel Macron   /    Politique