^

Notre classe

Grève du 9 janvier

En 2020, Toulouse toujours rouge ! 120 000 manifestants selon la CGT

Ce 9 janvier, à Toulouse, 120 000 personnes ont manifesté, selon la CGT, pour s’opposer à la réforme des retraites du gouvernement Macron.

jeudi 9 janvier

La journée de mobilisation à commencé tôt le matin, avec une action des travailleurs mobilisés de Tisseo, qui étaient une vingtaine pour une diffusion de tract devant le dépôt de Langelad. Les travailleurs de Tisseo, salairés du privée expliquent pourquoi ils se mobilisent aujourd’hui et de quelle manière ils appellent les autres salariés à faire de même. « On n’a vraiment besoin de généraliser l’action dans les entreprises du privé » a ainsi expliqué un gréviste.

Jinane, étudiante et militante à Révolution Permanente était aussi présente a l’action pour exprimer on soutien « C’est important que les étudiants soutiennent les grévistes, et soient une force matérielle, venir au piquets, au manifs et faire tourner les caisses de grève », explique t-elle.

A 9h, les cheminots se sont retrouvés à la gare pour rejoindre la manifestation. Dans une ambiance combative, 300 cheminots ont arpenté la ville rose pour rejoindre l’ensemble du cortège à 10h au départ de la manifestation interprofessionnelle à Saint Cyprien.

Dans la manifestation, étaient présent les grévistes de la poste, les hôpitaux, les travailleurs d’EDF un cortège impressionant d’avocats, des grévistes de air france, l’américan Cosmograph, cinéma de toulouse en grève. Les gilets jaunes de Toulouse, étaient présent et marchaient au côtés des grévistes en lutte .

Les étudiants mobilisées étaient présents , le lycée St Sernin bloqué ce matin, L’IUT de Blagnac en grève, des étudiants du mirailde science po et de l’Ensav. La jeunesse à manifesté au côté des BIATS, le personnel administratif du mirail. Frank, un BIATS du Mirail revient sur la mobilisation, et le scandale de délation du « saltogate ».Il appelle également à aller à la soirée de soutien des cheminots, qui ont montré leur détermination depuis le 5 décembre.

Alberta, étudiante au mirail et millitante à Revolution Permanente, explique la campagne menée par les étudiants mobilisées du Mirail et de Sciences Po’ « 1 étudiant, 1 euro ». Dans un contexte ou les cheminots sont en grève depuis 38 jours porter un appui au travers de la diffusion des caisses de grève est central.

La manifestation a dévié le parcours traditionnel, Raphael millitant à Revolution permanente explique la situation lorsque la manifestation est arrivée sur le parvis de la gare.

La police à déployé canon a eau, et on voulu empêcher le cortège d’accéder à la gare, mais les manifestants ont forcé le barrage et réussit à envahir la gare !

Cependant, la journée de lutte n’est pas finie, les gilets jaunes se rejoignent à 14h pour continuer à manifester, et les grévistes organisent un concert de soutien à 16h30 ou on espère vous y voir nombreux !