^

Notre classe

#NosViesPasLeursProfits

En pleine crise sanitaire, absence totale de protection pour les salariés du nettoyage d’Onet !

Si le travail de nettoyage est d’autant plus essentiel que la crise sanitaire s’approfondit, les salarié·es de ce secteur sont plus que jamais mis·es en danger en étant contraint·es de travailler sans protection avec des effectifs et des cadences habituelles, dans un moment où ce service devrait être adapté à la situation. C’est le cas des Onet, qui continuent de nettoyer les gares ou encore les hôpitaux sans mesures spéciales.

mardi 17 mars

Des conditions de travail particulièrement dangereuses

Si l’économie tourne au ralenti depuis que des mesures de confinement ont été prises dans plusieurs pays, certains secteurs « essentiels » doivent poursuivre leur activité avec des mesures de protection adaptées. C’est évidemment le cas des hôpitaux, de l’alimentation, ou encore des transports. Or, la réalisation et l’usage de ce travail vital pour la population est nécessairement assorti d’un service de nettoyage, et ce dernier prend une toute autre dimension lorsqu’il s’agit d’endiguer la propagation d’un virus mortel.

Celles et ceux qui nettoient les lieux de passage - comme la rue, les transports, les grandes surfaces mais aussi les hôpitaux saturés de malades - sont en effet en première ligne du danger que représente le Covid-19. Pour endiguer la crise sanitaire, il va de soi que les travailleuses et les travailleurs du nettoyage devraient bénéficier d’une protection particulière, avec des moyens conséquents et adaptés aux besoins qu’impose la situation, pour leur propre santé et pour celle de l’ensemble de la population.

Pourtant, à l’heure actuelle, il apparait que des salarié·es du nettoyage continuent de travailler dans des conditions déplorables, parfois à mains nues et bien sur sans masque ni gel hydroalcoolique, c’est à dire sans le strict minimum pour assurer leur survie et indirectement celle de la frange la plus vulnérable de la population.

La direction de l’entreprise multinationale de nettoyage Onet, bien connue pour les conditions de travail inhumaines qu’elle impose à ses salarié·es, n’a vraisemblablement pas jugé nécessaire de mettre en place des mesures de protection, même minimales, alors que le pays est confiné.

En conséquence, celles et ceux qu’on appelle « les petites mains invisibles » se sont une fois de plus montrés déterminés à ne pas se laisser faire par le patron, en faisait grève ce lundi au CHU de Nantes. « Normalement on travaille avec des dosettes, mais on en a plus. Alors on est obligé d’utiliser les flacons du CHU […] Cela fait un mois que l’on a signalé le problème, sans que cela change » , témoigne la déléguée CGT Linda Bedjiguelel dans Ouest-France.

En région parisienne, d’après nos sources, celles et ceux qui nettoient les gares en sont au point de s’organiser pour obtenir de leur direction des masques et du gel hydroalcoolique, sans quoi leur droit de retrait pourrait être exercé dans les jours à venir. « Notre santé, ce n’est pas leur problème. Mais on ne va pas se laisser faire » affirme l’un·e des employé·es.

Des travailleuses et des travailleurs particulièrement précaires, à la santé souvent fragile

On le sait, celles et ceux qui nettoient la ville et ses infrastructures effectuent de tout temps un travail aussi nécessaire qu’invisibilisé, et particulièrement précarisé. En effet, ce secteur est largement féminisé et racisé, composé de nombreuses personnes immigrées et parfois sans papier qui font face à de nombreuses difficultés dans leur vie quotidienne en raison des multiples oppressions et discriminations qui leur sont imposées par le système, notamment au travers de leurs contrats de travail. Ainsi, beaucoup d’entre elles et eux cumulent des emplois à temps partiels, en plus des galères de transports pour se rendre au boulot et du travail domestique, en particulier pour les femmes qui doivent encore s’occuper de leurs proches après une journée déjà bien longue. Des conditions de vie qui sont loin de favoriser la santé.

Dans le cadre de la pandémie, les travailleuses et les travailleurs du secteur du nettoyage sont donc particulièrement exposé·es aux risques sanitaires. De plus, la plupart d’entre elles et eux sont relativement âgé·es et d’autant plus vulnérables face au virus.

Face au Covid-19 : Une protection et des conditions de travail adaptées pour toutes et tous !

Dans le cadre de la crise sanitaire plus que jamais, les patrons et l’État doivent assumer leurs responsabilités et fournir aux salarié·es tenu·es de travailler un équipement à la hauteur des risques encourus ! Masques, gel hydroalcoolique, tenues et produits adaptés constituent à ce titre un minimum vital.

De plus, comme nous le soulignons ici, puisque le gouvernement a pris des mesures drastiques de confinement, il serait cohérent de réduire au minimum les services de transports et donc les services de nettoyage de ces transports. Il en va de la santé de l’ensemble de la population et en particulier de celles et ceux qui sont en première ligne de la crise, pouvant exercer leur droit de retrait si leur sécurité n’est pas assurée.




Mots-clés

#NosViesPasLeursProfits - Témoignage   /    Crise sanitaire   /    Coronavirus   /    Secteur du nettoyage   /    Onet   /    #NosViesPasLeursProfits   /    Santé   /    #AssezDeViesBroyées   /    Notre classe