^

Politique

Contre-reforme

Engager la réforme des retraites "à l’automne" : le Medef met la pression au gouvernement

Ce mercredi matin, le patron des patrons, Geoffroy Roux de Bezieux était invité sur France 2. L’occasion pour lui d’affirmer son soutien à la réforme des retraites, mais surtout de rappeler que la macronie et le patronat combattent dans le même camp.

mercredi 7 septembre

[Crédits photo : Joel saget / AFP]

“Il faut la faire” déclarait le président du Medef ce mercredi matin concernant la réforme des retraites. Après avoir mis “le pied sur le frein” selon les Echos peu avant la rentrée et fait de la réforme de l’assurance chômage une priorité, le patronat semble clairement vouloir accélérer le pas en travaillant main dans la main avec le gouvernement pour faire passer, en force, la grande contre-réforme du quinquennat Macron.

Après avoir choisi la prudence ces dernières semaines et privilégié d’autres contre-réformes, notamment la réforme de l’assurance chômage -“ce n’est pas ce qu’il faut faire le 1er septembre, alors qu’on a plein d’autres problèmes”-, le ton a changé et le patron des patrons se déclare désormais prêt à voir s’accélérer l’agenda des attaques anti-sociales prévues par le gouvernement. "Il faut faire la réforme de l’assurance chômage” et “dès qu’elle aura été terminée, c’est-à-dire à l’automne, il faudra engager les concertations sur la retraite" a expliqué Geoffroy Roux de Bezieux.

L’argumentaire patronal est classique : “la quantité de travail” serait le seul moyen de financer les “protections sociales fortes”, oubliant par là que le patronat et ses multinationales n’ont cessé de battre des records de profits ces derniers mois. Les déclarations du chef de file des patrons visent en tous cas à mettre la pression sur le gouvernement pour accélérer la mise en place de la réforme.

Le jeu n’est pas sans risque : remettre sur la table la réforme de l’assurance chômage et celle des retraites dans le contexte actuel marqué par une inflation galopante, une crise énergétique qui se dessine pour l’hiver et des tensions à l’international, avec notamment la guerre en Ukraine qui perdure, vise bien à faire payer l’intégralité de ces crises aux travailleurs et aux classes populaires mais gare à ce que le vase ne déborde pas.

Face à un camp “patronat-gouvernement” organisé, comme en témoigne les dernières déclarations de chef du Medef, pour tenter de faire passer en force des contre-réformes et faire payer leurs crises aux travailleurs, en plus de la grève et de la mobilisation dans la rue, c’est l’organisation de notre camp social tout entier qui permettra de faire reculer ces offensives et de préparer une contre-offensive à la hauteur des attaques qui se préparent.



Mots-clés

Macronisme   /    Réforme des retraites   /    Medef   /    Emmanuel Macron   /    Politique