^

Notre classe

Énième restructuration chez Sanofi : plus de 5000 emplois détruits

Cinquième plan social en 6 ans qui s’annonce chez Sanofi, cette fois ce sont 300 postes que l’entreprise cherche à supprimer dans le secteur Recherche et Développement. Au total plus de 5000 postes ont été supprimés ces dernières années.

vendredi 21 juin

Le géant Sanofi poursuit sa dynamique de destruction d’emplois en France et ailleurs, ce mercredi 19 juin le groupe a annoncé 466 suppressions de postes réparties entre l’Allemagne et la France, dont quasiment 300 côté français. Si la direction assure qu’il s’agit de départs volontaires, ce sont tout de même des postes en moins pour le secteur Recherche, qui vient porter ce chiffre à 2500 destructions en 10 ans dans ce domaine, Thierry Bodin délégué syndical CGT précise : «  Pour la recherche, cela doit être le cinquième plan social en six ans  »

En France, le géant de la santé restructure en continu ses activités, en 2019, ce sont d’ores et déjà 1200 postes qui sont supprimés ! Rivalisant ainsi avec les autres vagues de licenciements en France : Ford, General Electric, … Comme tous les autres, le groupe n’est pourtant pas a plaindre. A la Bourse de Paris, Sanofi fait partie des groupes les plus rentables, avec 8,4 milliard de bénéfices en 2017, ce qui le place au rang de troisième plus gros groupe mondial dans la santé. D’énormes dividendes sont versés chaque année aux actionnaires grâce aux licenciements continus que poursuit aujourd’hui l’entreprise. Le groupe s’était déjà distingué au début des années 2010 parmi les Air France et autres PSA pour ses plans de licenciement massifs.

Aujourd’hui, le secteur de la recherche est visé par le groupe mondial, qui souhaite changer de stratégie. D’une part, cette stratégie est toujours très floue pour les salariés, après la cinquième restructuration et tous ces licenciements, pour autant l’entreprise perçoit 150 millions d’euros de crédit d’impôt recherche. Alors que le secteur pharmaceutique est un des plus opaques, que les actionnaires jouent aux apprentis sorciers avec la santé des populations et en licenciant à tour de bras pour augmenter leurs marges, l’Etat continue de le subventionner. D’autre part, si on regarde de plus près les propositions d’avenir de l’entreprise, elles s’inscrivent dans une logique ignoble de rentabilité sur les maladies : « Le diabète ne rapporte plus assez ? Il faut vite se placer sur le secteur du cancer, bien plus rentable ». C’est dans une logique complètement financière que Sanofi zig-zag aujourd’hui dans ses recherches et productions pharmaceutiques, bien loin de se soucier de trouver de réelles solution, préférant jouer la concurrence avec d’autres groupes afin de continuer à faire du profit sur le dos des travailleurs et des populations.