^

Du Pain et des Roses

#PlusJamaisAGenoux

Eric Bezou. Quand la SNCF instrumentalise la lutte contre le sexisme pour licencier

Ce jeudi, Eric, cheminot à Mantes-la-Jolie, passait en conseil de discipline pour s’être mis à genoux devant l’une de ses responsables, un geste symbolique pour dénoncer le gel de sa carrière qui a honteusement été qualifié par la SNCF d’un geste à caractère sexuel. L’entreprise ne recule donc devant rien pour licencier à tout prix les cheminots combatifs, quitte à instrumentaliser les combats féministes.

vendredi 24 mai

Eric Bezou, cheminot depuis 27 ans, est menacé de licenciement par la SNCF pour s’être mis à genoux devant l’une de ses responsables et lui avoir demandé si c’était la posture qu’on attendait d’un agent de maîtrise. Ce geste, symbolique, avait pour objectif de dénoncer la pression au travail que subit Eric depuis des années à cause de son engagement syndical, ainsi que de manière générale l’ambiance répressive qui se règne dans l’entreprise.

Au cours de son conseil de discipline, ce jeudi 23 mai, la direction a fait un pas de plus dans l’indécence, en ajoutant un grief à son dossier : selon les responsables, cette posture avait un caractère sexuel. A la sortie du conseil, Eric, choqué, répond à ces accusations au cours d’une interview : « Pour moi il n’y a rien de sexuel. Je me suis mis à genoux face à responsable et me suis prosterné. Il n’y avait absolument rien de sexuel là-dedans. ». Une instrumentalisation scandaleuse des questions féministes de la part de la SNCF pour dégager un délégué syndical qui a été le premier à aider les cheminotes, mères isolées, face aux discriminations de la direction.

En effet, au cours de la campagne contre la répression qui s’abat sur Eric, de nombreuses femmes cheminotes ont pris la parole pour le défendre. Alors que la direction l’accuse d’être anxiogène et maintenant aussi sexiste, ces femmes témoignent au contraire du soutien énorme que leur a apporté Eric, lorsque la SNCF les discriminait, les harcelait et les licenciait. Elles racontent que, grâce à Eric, beaucoup d’entre elles ont évité le suicide.

C’est bien cette même direction, qui accuse aujourd’hui Eric de sexisme, qui a fait sombrer Mélanie, cheminote et mère isolée, dans une grave dépression après l’avoir complètement abandonnée quand celle-ci a été harcelée par son chef, refusant de le sanctionner, et de reconnaître la longue maladie pour Mélanie. Cette dernière, qui vit aujourd’hui avec 108 euros par mois, témoigne dans une interview donnée à Révolution Permanente : « Ils m’ont fait perdre ma dignité, ma confiance en moi, j’ai tout donné à cette boîte pendant 18 ans et ils m’ont anéantie. Je survis actuellement (…). Je tiens uniquement pour mon fils et grâce à l’aide d’Eric Bezou. Sans lui, je ne serai sûrement plus là aujourd’hui ».

C’est aussi cette même direction qui est aujourd’hui responsable de l’hospitalisation en urgence d’Andreia, cheminote agressée à deux reprises en gare, et complètement délaissée par la SNCF.

C’est toujours à cause d’eux que Karine, en grave dépression depuis deux ans après avoir perdu 1/3 de son salaire à cause des réorganisations sur le secteur de Paris Saint-Lazare, est aujourd’hui au RSA suite au refus de la SNCF de lui accorder l’arrêt de longue maladie. Karine raconte, au sujet d’Eric, qu’« à chaque instant, du jour comme de la nuit, il nous a toujours soutenu, il a toujours trouvé les mots ».

Toutes ces femmes, qui lèvent aujourd’hui le voile sur la souffrance au travail, revendiquent le soutien inconditionnel d’Eric face aux discriminations sexistes de la part de la direction et aux agressions qu’elles ont subi. Ces exemples non-exhaustifs sont l’expression de l’hypocrisie énorme dont fait part la SNCF aujourd’hui, responsable de burns-out, d’harcèlement, et de discriminations sexistes et osant accuser de sexisme avec des arguments complètement fallacieux celui qui a été en première ligne pour combattre ces violences au sein de la SNCF.

Les femmes sont aujourd’hui en première ligne de la précarité imposée par le patronat, cumulant le plus d’emplois sous-payés ou à temps partiel, en même que temps que la violence qu’impose le patriarcat tant dans la sphère du travail que dans la sphère privée. Il est particulièrement honteux que la SNCF se donne un visage de lutte contre le sexisme, uniquement pour licencier des cheminots.

Le collectif féministe et lutte de classes Du Pain et des Roses était présent avec plusieurs camarades au rassemblement pour soutenir Éric devant la gare St Lazare, mais aussi pour dénoncer l’hypocrisie de cette direction qui discrimine, harcèle et licencie des cheminotes, qui permet et accentue de manière consciente la souffrance au travail pour mettre en place une nouvelle organisation du travail en phase avec les réformes macroniennes. Nous ne laisserons pas instrumentaliser la lutte contre le sexisme !




Mots-clés

#PlusJamaisAGenoux    /    SUD-Rail   /    souffrance au travail   /    Cheminot-e-s   /    Du Pain et des Roses   /    SNCF   /    #AssezDeViesBroyées   /    Du Pain et des Roses