^

Monde

Pour des salaires dignes !

États-Unis. Les ouvriers de Boeing se préparent à la grève pour défendre leurs salaires

Face au géant de l’aéronautique et de la défense sécuritaire que représente Boeing, l’Association internationale des machinistes (AIM) et ses 2 500 membres ont décidé d’initier une grève à partir du 1er août afin de défendre leurs salaires.

mercredi 27 juillet

Une grève pour les salaires pour faire face à l’inflation

La grève du 1er août s’étendra sur plusieurs sites de la multinationale américaine, principalement dans la région du Missouri et de l’Illinois avec comme principaux mots d’ordre la « défense des travailleurs du monde entier » et pour « les contrats que nous méritons », reprenant le communiqué du syndicat. En effet, après avoir refusé une offre de la part de la direction qui proposait une augmentation de 7 % des salaires (ce qui est bien sûr en dessous de l’inflation) ainsi qu’une augmentation de 4 et 3 % pour la deuxième année et la troisième année, les travailleurs ont décidé de voter la mise en place de la grève. La réponse des travailleurs est sans ambiguïté : « Nous ne pouvons pas accepter un contrat qui n’est pas juste et équitable, car cette entreprise continue de gagner des milliards de dollars chaque année sur le dos de nos membres qui travaillent dur. » Boeing fait effectivement partie de ces multinationales tentaculaires qui ont un pied dans plusieurs secteurs stratégiques et se gavent sur le dos de leurs employés. En plus du secteur de l’aéronautique, Boeing fait aussi dans l’aérospatial avec par exemple la création du vaisseau spatial Starliner pour la célèbre station spatiale internationale. A ces marchés déjà bien juteux pour les actionnaires de Boeing s’ajoute le secteur le plus rentable de la multinationale : celui de la défense et la sécurité. Ce marché, qui consiste notamment en la création d’avions de combat ou encore d’hélicoptères d’assaut, a apporté un gain de 1,2 milliards pour l’année 2021 et 2020 à Boeing.

C’est d’ailleurs dans ce secteur stratégique que la grève est lancée. Face au refus des travailleurs, la direction s’est dit « déçue » et à déjà prévu « un plan d’urgence » pour ne pas entacher la production dans le cas d’une continuation de la grève, ce qui impacterait lourdement leurs commandes. Cependant, les travailleurs savent l’impact qu’ils ont sur la production des avions militaires et connaissent bien leur ennemi.

Une poussée des grèves dans tout le pays

La grève des ouvriers de Boeing s’inscrit dans une dynamique mondiale qui, avec l’inflation qui n’en finit pas de s’accentuer, a provoqué des situations de crise gouvernementale comme au Sri Lanska ou encore au Panama, mais aussi des vagues de grèves pour les salaires comme en France ou aux États-Unis.

Les États-Unis connaissent en effet une année marquée par une nouvelle vague de syndicalisation historique comme nous avons pu le voir avec la première création d’organisations syndicales à Amazon mais aussi avec une explosion des grèves. Selon les données de l’Université Cornell, les grèves ont ainsi doublé cette année, passant de 78 au même moment l’année dernière à 153 et touchant tous les secteurs de la santé à l’industrie automobile.

Les États-Unis, avec une inflation de 9,1 %, la plus forte depuis 40 ans, continuera sa politique toujours plus offensive envers les travailleurs et les classes populaires comme le montre la hausse des taux des directeur de la part de la FED pour faire payer les retombées de l’inflation sur les travailleurs. La combativité des ouvriers de Boeing nous montrent l’urgence de lutter pour nos salaires, mais nous devons nous préparer non plus seulement à récupérer les miettes du patronat pour rattraper l’inflation mais à un vrai plan de bataille face aux différentes attaques qui s’annoncent.

Crédits photo : Eric Piermont/ AFP

Pour nous soutenir, c’est par ici !



Mots-clés

Inflation   /    Joe Biden   /    Grève   /    Aéronautique   /    Etats-Unis   /    Monde