^

Travailler plus, encore plus tôt et toujours plus tard

Etats-Unis. Pour ne pas améliorer les conditions de travail, Mcdo recrute des ados de 14 ans

Travailler plus tôt, rentrer au plus vite sur le marché du travail : c'est ce que propose une franchise de McDonalds dans l'Oregon, invitant les parents à faire recruter leurs ados de 14 ans. Plutôt que d'améliorer les conditions de travail, la filiale se tourne vers les jeunes, une solution idéale pour une main d’œuvre peu chère et docile.

vendredi 3 septembre

Crédits photo : HOTLUNCHPAM/ REDDIT 

À coups de drapeaux et banderoles déployées pour une campagne de recrutement, une franchise de McDonalds, dans l’Oregon, se propose d’engager des jeunes de 14 et 15 ans, rapporte la BBC. Sur la pancarte diffusée sur Facebook, on y lit l’interpellation aux parents : « Hey parents ! Vous avez des jeunes de 14 ou 15 ans ? Ils ont besoin d’un job ? On les engage ! Demandez le formulaire de recrutement !  ».

La franchise et autres établissements de restauration rapide justifient cette campagne par une pénurie de main d’œuvre, malgré la levée progressive des restrictions, en cause de l’inquiétude liée aux variants, ainsi que des écoles fermées, imposant à de nombreux travailleurs parents la garde des enfants. Si d’un point de vue légal, le département américain du Travail autorise les adolescents de cet âge à travailler, cette campagne déconcertante montre de manière claire les besoins du marché du travail. Ainsi, les entreprises embauchent toujours plus jeune, pour des conditions de travail et des salaires inacceptables. Mais si des réglementations quant au suivi de l’école encadrant le travail des enfants existent, il est intolérable de voir ce type de recrutements. Ces méthodes moyenâgeuses montrent le caractère anarchique du marché du travail, alors que des milliers de travailleurs subissent le chômage, et des conditions de travail et salaires précarisant toujours plus leurs familles et les plongeant dans la misère.

Les enfants et jeunes qui travaillent sont souvent issus de familles de secteurs populaires, monoparentales, issues de l’immigration, gagnant un peu d’argent comme livreurs, serveurs de fast-food, laveurs de voitures, employés dans la grande distribution… pour des salaires de misère. Dans certains Etats les enfants peuvent travailler dès l’âge de 12 ans. Pour rappel, les Etats-Unis sont l’un des deux seuls pays qui n’ont jamais accepté de ratifier la Convention Internationale des Droits de l’enfant.

Travailler encore plus tôt, toujours plus tard : le capitalisme n’a peur de rien, pas même de retourner en arrière, et insérer les adolescents dans le marché du travail, à la fraîcheur de leur puberté : c’est une main d’œuvre moins coûteuse, plus malléable et plus facile à discipliner. En même temps que le nombre de personnes âgées sur le marché du travail continue de croître, 4,4% des plus de 85 ans en 2018 selon le Washington Post, le patronat n’a pas d’hésitations non plus quand il s’agit d’embaucher des plus jeunes, profitant de la précarisation des ménages, rendant le marché du travail toujours plus compétitif et une main d’œuvre toujours plus malléable face aux salaires et aux conditions de travail.




Mots-clés

McDonald’s   /    Patrons-voyous   /    Etats-Unis