^

Monde

#BlackLivesMatter

Etats-Unis. Un homme meurt, plaqué au sol par la police pendant cinq minutes

Le 19 avril, Mario Gonzalez est mort entre les mains de la police californienne, qui a usé de la même pratique mortelle que Derek Chauvin, meurtrier de George Floyd. Ces dernières semaines, des manifestations ont lieu pour dénoncer les violences policières et racistes après que plusieurs personnes aient trouvé la mort entre les mains de la police.

jeudi 29 avril

PHOTO : Lizabeth Menzies / Alameda Police Departement – AFP

Le 19 avril, dans la ville d’Alameda près de San Francisco, un jeune homme de 26 ans, Mario Gonzalez, a été une nouvelle victime des mains de la police étasunienne. D’abord interpellé arbitrairement, une vidéo montre les policiers le plaquer au sol. Pendant plus de cinq minutes, les policiers se livrent à la même pratique mortelle que Derek Chauvin, coupable du décès de George Floyd : l’étouffer au sol jusqu’à la mort. « Je n’ai rien fait » a essayé de faire entendre Mario Gonzalez, comme George Floyd et Adama Traoré ont crié avant de décéder «  je n’arrive plus à respirer ».

La police californienne, avant de rendre publique la vidéo de l’interpellation qui incrimine les forces de l’ordre, a cherché a prétexter un accident. Pour tenter de se dédouaner, la police d’Alameda a en effet affirmé que le jeune homme était mort d’une « urgence médicale », après que les policiers aient tenté de lui faire un massage cardiaque, tout en promettant une enquête « transparente » et « indépendante » sur les faits. Un procédé qui rappelle la défense du meurtrier de Georges Floyd, dont l’avocat avait tenté de maquiller le meurtre en un accident. Mais comme l’a rappelé le frère de Mario Gonzalez, pour qui la vidéo, issue d’une caméra policière, ne fait aucun doute : « L’urgence médicale est due au fait qu’ils se tenaient sur son dos pendant qu’il gisait au sol. »

L’un des avocats des policiers a quant à lui tenté de minimiser les faits, affirmant que ceux derniers avaient utilisé le « degré de force le plus bas possible ». Après avoir tenté de masquer la cause de la mort, cette stratégie vise donc à déresponsabiliser les policiers, malgré une vidéo accablante.

Le procès de Derek Chauvin s’est soldé par une condamnation, mais la reconnaissance de sa culpabilité répondait d’une volonté de canaliser les mobilisations contre les violences policières et racistes du printemps dernier. Cette nouvelle victime policière, tout comme Ma’Khia Bryant, jeune file noire âgée de seize ans abattue par la police dans l’Ohio il y a quelques jours, rappelle tragiquement le vrai visage de la police. La mort de Mario Gonzalez intervient ainsi dans un contexte tendu, quelques jours après les révoltes qui ont éclaté en réponse au décès d’Adam Toledo, un enfant de 13 ans noir tué par la police et de Daunte Wright, jeune afro-américain tué après un contrôle routier.

Ainsi, cette nouvelle victime rappelle tragiquement que pour en finir avec cette police raciste, il faudra s’attaquer à la source du problème, à savoir le système raciste et impérialiste qu’elle protège, à l’image des manifestations Black lives Matter qui ont éclaté au printemps dernier à l’international.




Mots-clés

#JusticeForGeorgeFloyd   /    Police   /    Racisme   /    Violences policières   /    Etats-Unis   /    Monde