^

Monde

Etats-Unis : la première puissance mondiale incapable de mettre un terme à l’épidémie

Avec plus de 113 700 personnes décédées et 2 Millions contaminées les Etats-Unis restent le pays le plus touché par le coronavirus. Sa courbe de contamination quoique descendante reste alarmante avec en moyenne 800 victimes quotidiennes.

vendredi 12 juin

Crédit photo : CHANDAN KHANNA AFP

Selon un article du Monde, « les experts sanitaires se refusent à considérer que la première vague de la pandémie a été maîtrisée aux Etats-Unis ». Il y a même dans certains Etats une hausse de la contamination depuis le déconfinement. Par ailleurs, selon un tableau de l’université Johns Hopkins présentant le nombre de cas et de morts du Covid-19 dans tous les pays ayant recensé au moins 1 000 cas, les taux aux Etats-Unis sont en décrus de 14,6%. Alors qu’ils sont de -78,6% pour l’Espagne ou encore de -53,3 pour la Hongrie. Ces deux derniers pays sont respectivement 13ème et 48ème au classement économique mondial contre la première place pour les États-Unis. Cela montre que le système états-unien est si défaillant que même avec son statut de première puissance économique mondiale il est loin derrière certains pays moins développés économiquement .

Cela peut s’expliquer par un déconfinement hâtif sans réelle solution sanitaire pour la population. De fait, dans plusieurs Etats du Sud, où le confinement n’a pas été immédiat, et le déconfinement mené pour de soit-disant impératifs économiques, ignorant donc la santé des travailleurs, la tendance inquiète les experts en santé publique. Dès mi-avril lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche, Donald Trump a annoncé que des états comme le Montana et l’Utah devaient passer en phase 1 de façon immédiate pour activer son plan de reprise économique. Ce dernier établi avec les dirigeants de tous les secteurs économiques pour remettre « l’Amérique au travail ».

Ces politiques néolibérales ont des conséquences mortelles pour toute la population états-unienne. Par exemple l’Arkansas, l’Utah, l’Arizona et le Texas ont enregistré une hausse d’au moins 35 % des hospitalisations depuis le dernier week-end de mai selon le Monde.. Ce week-end avait marqué la réouverture de nombreux commerces et des activités de loisirs.

C’est au final une vingtaine d’Etats, sur 50, qui ces derniers jours sont face à une forte hausse du nombre de cas et d’hospitalisations.

Donald Trump et son gouvernement ne communiquent quasiment plus sur la pandémie. Mis à part le principal économiste de Trump Larry Kudlow qui a déclaré sur Fox News : « Il n’y a pas d’urgence. Il n’y a pas de deuxième vague » , ignorant ainsi complètement les morts et les malades. Il y a même une tentative de se dédouaner de la part de l’exécutif de toute contamination future : Trump reprend ses meetings à partir de 19 juin toute en spécifiant aux participants qu’ils devront « assumer tous les risques liés au Covid-19 » sans tenir en aucun cas responsable l’équipe de campagne.

La mauvaise gestion de cette crise mais également l’ensemble des politiques du gouvernement Trump et de ses prédécesseurs touchent en particulier une partie de la population.. De fait, aux États-Unis, la majorité des morts du Coronavirus sont des personnes noires et pauvres : à Chicago, les noirs représentent le tiers de la population mais 73% des morts dûs au Covid-19 . À Milwaukee, au nord, les noirs représentent 26% de la population mais 81% des morts. Ces chiffres s’expliquent, par l’accès difficile à la santé notamment pour les personnes noires mais aussi du fait que, 40% des noirs non pas de domicile fixe et 21% vivent en dessous du seuil de pauvreté. Cette précarité, fruit du système capitaliste états-unien explique cette courbe toujours ascendante dans près de 20 états. Par ailleurs, sur les 33 millions de chômeurs aux États-Unis pendant la pandémie, beaucoup ont perdu leur assurance-maladie associée à leurs emplois se retrouvant sans aucune ressource pour se soigner.




Mots-clés

Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Donald Trump   /    Etats-Unis   /    Monde