^

Politique

Effritement de la macronie

Exclue du groupe parlementaire LREM pour avoir voté contre le plan de déconfinement

Aucune voix discordante, aussi mesurée soit-elle, n'est tolérée en macronie. La députée LREM du Bas-Rhin Martine Wonner, seule députée à votre contre le plan de déconfinement, vient d'en faire les frais et a été exclue du groupe parlementaire.

jeudi 7 mai

Petit à petit, la majorité confortable du groupe parlementaire de LREM s’effrite au gré des départs et des exclusions. Depuis 2017, le nombre de députés macroniste est ainsi passé de 314 à 296. La barre des 289 sièges qui donne une majorité absolue au groupe parlementaire appliquant la politique macroniste se rapproche dangereusement et montre des signes d’effritement dans la macronie.

La transgression de Martine Wonner, membre de l’aile « gauche » de la majorité à l’Assemblée Nationale, lorsqu’elle a refusé de voter le plan de déconfinement du gouvernement en raison de « l’absence d’une quelconque stratégie thérapeutique » a été le crime de lèse-majesté que le mouvement présidentiel ne pouvait supporter. Gilles Le Gendre, chef de file des députés macronistes à l’Assemblée, n’a pas supporté que la députée, également médecin, ne franchisse « la ligne rouge » de voter contre un texte important du gouvernement.

Ainsi, le bureau de LREM a-t-il statué que Martine Wonner a failli à sa tâche en ne respectant pas le « principe de solidarité avec le gouvernement » à la suite d’un entretien avec elle mercredi dernier. Les déclarations de la désormais ex-députée LREM à propos de la volonté des « plus libéraux » des députés LREM qui « ne pensent qu’à la reprise économique et exercent une forte pression pour mettre en œuvre le déconfinement » ne sont pas passées auprès des députés dévoués à la politique de Macron et du Medef.

Ce départ d’une députée au fait des problématiques sanitaires n’est pas un coup d’éclair dans un ciel sans nuage. Il révèle d’une part la fracture opérée par la volonté quasi obsessionnelle des membres du gouvernement et de l’Assemblée nationale de remettre tout le monde au travail, peu importe les conséquences pour la santé des travailleurs, pour satisfaire les injonctions du Medef. Il révèle d’autre part que dans les propres rang de la majorité présidentielle, l’image d’un groupe parlementaire soudé et sans faille n’est qu’une apparence. Les difficultés croissantes du gouvernement face à la crise et l’accumulation des crises sociales, des Gilets jaunes au 49.3 pour imposer la réforme des retraites, effritent la majorité présidentielle. Elles reflètent la base sociale de plus en plus étroite sur laquelle Macron s’appuie pour gouverner et la colère qui monte face à la politique du gouvernement.

Crédit photo : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP




Mots-clés

Déconfinement   /    Covid-19   /    Macronisme   /    Assemblée Nationale    /    LREM   /    Politique