^

Politique

En marge de l'Aid ...

FN. Un flot ininterrompu de mensonges et de provocations

Ce Jeudi 24 Septembre avait lieu l'Aid el Kebir, jour marquant la fin du hajj, soit la fin du pèlerinage des musulmans à La Mecque. Les élus FN ont saisi ce jour de fête sacré pour déverser son venin xénophobe et nationaliste à qui voulait bien l'entendre. Ces derniers jours, entre mensonges et provocations, les élus frontistes ont démultiplié les sorties médiatiques fracassantes et scandaleuses. Julian Vadis

vendredi 25 septembre 2015

Alors que Marine Le Pen vient d’être renvoyée en correctionnelle mardi dernier, les élus frontistes ont profité de l’Aid el Kebir pour faire étalage de leurs talents réactionnaires. Ainsi, l’eurodéputée Mylène Troszczynski n’a pas hésité à publier sur son compte twitter un photo-montage montrant une foule de femmes vêtues d’un voile intégral, faisant la queue devant un centre de la CAF. Une fois la supercherie découverte - car la « qualité » du montage laisse bien entrevoir la supercherie à toute personne ayant un jour vu une photo dans sa vie -, l’élue s’est enfoncée dans un discours abject, renvoyant systématiquement la même réponse à chaque message de dénonciation : « Conclusion : très révélateur de pouvoir se poser la question de l’authenticité de cette image ». Un détournement mensonger d’une photo qui date d’un an et qui fait figure de prélude à une multiplication des messages provocateurs envers la communauté musulmane, de la part d’élus municipaux FN. De Frèjus à Hayange, en passant par Mantes-la-Jolie, l’offensive réactionnaire a été soigneusement coordonnée. David Rachline, élu fréjusien, a ainsi organisé un rassemblement « contre la mosquée illégale » et « une justice à double vitesse » ayant rassemblé environ 200 personnes suite à une décision de justice forçant la cité varoise à autoriser l’ouverture d’une mosquée pour l’Aid. A Mantes-la-Jolie, après que le Conseil d’Etat ait ordonné l’ouverture de deux locaux pour la fête, Cyril Nauth s’y est fermement opposé, prétextant que « Dans la mesure où les deux locaux étaient déjà occupés par des activités scolaires et de formation, j’ai estimé qu’elles n’avaient pas à céder la place à un culte ». Enfin, le maire de Hayange, Fabien Engelmann, s’est illustré en relayant plusieurs tweet anti-Aïd el-Kébir, et en postant mercredi une photo le mettant en scène avec 3 moutons « rescapés de l’Aïd el-Kébir », photo qu’il a alimenté d’un discours profondément anti-musulman, se posant en défenseur des "droits des femmes". Un comble pour un parti qui avance des lignes profondément sexistes et patriarcales !

Du populisme xénophobe surfant sur un climat politique réactionnaire

L’actuelle crise des migrants permet au FN d’avancer sur son terrain favori, et de lâcher les watts avec un discours profondément populiste et réactionnaire en vue des régionales, dont Marine Le Pen veut faire un tremplin en vue de 2017. Sur fond d’Europe forteresse et de climat politique réactionnaire, comme l’illustre la politique raciste et xénophobe du gouvernement de la Hongrie, le FN tente de capitaliser ce climat par tous les biais,commel’illustre la sortie de Ménard, maire de Béziers pro-FN. Mais le FN est-il le seul à jouer la carte du populisme ? Si le parti d’extrême-droite avance à découvert, les autres forces politiques françaises majeures usent d’un humanisme de façade pour déployer une politique réactionnaire servant les intérêts des classes dominantes. Outre les positions d’Hollande et de la droite républicaine sur la question des migrants, ainsi que leur modèle d’Europe forteresse mortifère, les exemples ne manquent pas. Dans un autre registre, une cantine auxerroise force les élèves ne mangeant pas de porc à porter une pastille rouge pour les différencier de leur petit camarade. Guy Férez, maire PS du chef lieu de l’Yonne, n’a pour l’instant fait aucun commentaire sur ces faits gravissimes.

Profitant de l’Aïd el-Kébir pour passer à l’offensive, le FN tente de se démarquer du « système » représenté par les anciens partis de gouvernement « LRPS ». Le flot continu de mensonges et de provocations avant, pendant et après la fête musulmane intervient à la suite du renvoi en correctionnelle de Marine Le Pen pour ses propos sur les prières de rue en 2012. Réactionnaire, xénophobie sous-jacente à un discours populiste, la période actuelle ne fait que montrer, une fois de plus, le réel visage du parti d’extrême-droite et son rôle parfaitement ancré dans le système actuel.




Mots-clés

FN   /    Extrême-droite   /    Politique