^

Politique

Contre l’islamophobie

Fac de Tolbiac : les étudiants se mobilisent contre la venue de Mohammed Sifaoui

Alors qu’on découvrait il y a quelques semaines qu’un séminaire était organisé par l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne destiné à « apprendre à repérer les signaux faibles de radicalisation », certains étudiants ont voulu aujourd’hui réaffirmer leur opposition à sa venue dans leur université.

vendredi 8 novembre

9h du matin ce vendredi 8 novembre. Une vingtaine d’étudiants s’affairent dans la « fosse » de Tolbiac. Les tracts commencent à être distribués, tandis que quatre étudiants commencent à déployer une grande banderole sur l’entrée de la fac. Large de 7m, impossible de la rater pour les étudiants qui arrivent en cours. Le message est simple, en pleine offensive islamophobe du gouvernement : « Fichage des étudiants, Formation islamophobe, Stop ! Paris 1 antiraciste ». Il faut dire que l’islamophobie rentre de plus en plus dans les universités françaises : début octobre, on découvrait sur les réseaux sociaux que l’université de Cergy avait envoyé à tous ses personnels une fiche destinée à repérer les « signes de radicalisations », afin que les professeurs signalent les étudiants « radicalisés ». Une semaine plus tard, c’est l’université Paris 1 qui envoyait à ses personnels la proposition d’une formation sur les « signaux faibles de radicalisation », organisé par Mohammed Sifaoui.

Une offensive islamophobe qui a fait réagir, particulièrement sur Paris 1, où le président, sous la pression des syndicats d’enseignants et des organisations étudiantes, a suspendu la formation. Mais alors que de nombreux médias s’indignent de la « censure » qui dirige l’université française, certaines organisations ont décidé d’aller jusqu’au bout. A Tolbiac, le collectif étudiant Le Poing Levé est à la tête du combat : alors que les autres syndicats n’ont pratiquement pas communiqué sur l’affaire, les militants anticapitalistes continuent de demander la suppression de cette formation. Ainsi, avec quelques militants autonomes, ils ont décidé ce matin d’aller à la rencontre des étudiants, qui étaient majoritairement peu au courant des débats sur la formation. Cinq heures après le déploiement de la banderole, après la diffusion d’un millier de tracts et des interventions dans les amphithéâtres et les salles de cours, les militants sont satisfaits : « l’immense majorité des étudiants nous soutiennent, et sont contre cette formation. Même si beaucoup n’étaient pas au courant, notre action a permis de mettre les projecteurs sur la politique de l’université, qui voulait donner à Mohammed Sifaoui la légitimité d’un prof de fac pour propager sa haine islamophobe ».

Après ce coup de projecteur, les militants ne comptent pas en rester là : dimanche, ils seront présents à la manifestation contre l’islamophobie pour dénoncer la politique du gouvernement Macron : « ce qui donne des ailes à la droite et l’extrême droite, ce sont les discours de Macron sur l’hydre islamiste. Si aujourd’hui on peut proposer une loi pour interdire le voile dans l’espace public, si on tire à balles réelles devant les mosquées, c’est du fait des discours nauséabonds du gouvernement. Quand Christophe Castaner soutient que l’attaque de la mosquée de Bayonne n’est pas un attentat, on est dans la stricte continuité des idées de Marine Le Pen ». Manifester dimanche est donc évident pour les militants du Poing Levé, qui comptent aussi organiser une réunion publique la semaine prochaine, pour parler de « l’Islamophobie, une violence faites aux femmes ».




Mots-clés

Tolbiac   /    Islamophobie   /    Politique