^

Du Pain et des Roses

Témoignage

Femme travailleuse de l’aéronautique, féministe et anticapitaliste : mes combats du quotidien

A l’occasion de la venue en France d’Andrea D’atri, membre du collectif féministe socialiste révolutionnaire Pan y Rosas, nous publions les témoignages de femmes travailleuses qui nous racontent leur quotidien dans une société capitaliste et patriarcale et défendent un féminisme lutte de classes.

mercredi 6 février

Carmen

Je viens d’Amérique Latine et j’habite en France depuis environ cinq ans. Les deux premières années après mon arrivée, je ne pouvais pas m’empêcher de faire la comparaison entre mon pays d’origine et celui qui m’accueillait. Et en fin de compte… il n’y a pas beaucoup de différences.

Ma mère était une femme divorcée et seule, avec ses enfants à charge. Elle a dû travailler beaucoup et très dur pour me donner la possibilité d’aller à l’université. Elle me rappelait toujours que nous appartenions à la classe travailleuse, mais que nous ne devions pas agir comme des victimes ; que seulement se plaindre ne résolvait rien, mais que nous devions agir pour changer les choses. Ma mère était toujours très dure et pas très câline, mais aujourd’hui je la remercie pour les valeurs qu’elle m’a transmises et ce qu’elle m’a appris.

C’est grâce à cela que j’ai pu survivre au machisme de tous les jours, dans mon pays ou ailleurs. Par exemple, j’ai appris qu’ il fallait s’habiller avec des décolletés discrets ou en faisant bien attention à ne pas mettre une mini-jupe, parce que dans les transports publics et dans la rue on s’expose à des attouchements désagréables et volontaires. Chez moi, il fallait aussi penser à traverser la ville de bon matin ou bien après 22h pour éviter la foule… et je crevais de trouille.

J’en ai même fait une gastrite nerveuse ! Quand j’étais étudiante, j’ai souvent eu mal au ventre à cause du stress lié au sentiment d’insécurité, sachant que je devais traverser un quartier où il y avait des voleurs, qui, dans le meilleur des cas, me prendraient de l’argent, ou qui pourraient me violer si la situation tournait mal. De ces jours-là, j’ai gardé l’habitude d’avoir toujours de l’argent sur moi, pour toujours avoir quelque chose à offrir et pouvoir partir en courant après.

Vivre en Amérique Latine apprend à être résistante et à s’habituer à ce qu’on ne devrait pas : les insultes misogynes, le harcèlement de rue, etc… Moi-même je répète parfois les schémas patriarcaux. Je suis en lutte permanente contre les croyances et les préjugés bien intériorisés dont le système néolibéral, patriarcal et capitaliste m’a bourré le crâne, que j’essaie de combattre et de déconstruire jour après jour.

Je croyais que tout irait mieux en arrivant en France, que je n’allais pas me trouver à nouveau face à l’autoritarisme d’un gouvernement qui ne représente pas son peuple. Emmanuel Macron me rappelle celui qui, en 2012, a été élu à la présidence de la République dans mon pays. Elu avec moins de 20 % des voix, il a mis en place des politiques contre les intérêts des travailleurs, bien planqué et complètement déconnecté de la réalité que nous connaissons, nous, travailleurs. Est-ce que la classe politique vit sur la même planète ? Sont-ils tous des arrogants insensibles face aux travailleurs ?

Dans mon pays, les travailleurs, dont je fais partie, sont descendus dans la rue manifester pour que la gauche prenne le pouvoir, pour nos droits… Je ne perds pas espoir quand je vois qu’ici en France, il y a des milliers de personnes qui continuent à manifester avec beaucoup de courage, comme le boxeur qui, avec son propre corps, a fait face aux abus des forces policières.

L’autre jour, je suis allée au centre-ville, ici, à Toulouse, pendant une journée de mobilisation des Gilets Jaunes. J’ai vu les canons à eau qu’utilise la police contre les manifestants. J’étais au bord des larmes. Ici aussi, on a un gouvernement qui nous ignore, donc on manifeste pour nos droits, puis on se fait réprimer… Répression partout et toujours pour les travailleurs et ceux qui sont dans les situations les plus difficiles… Au final, chez moi ou ici ça ne change pas grand-chose !

Quand je suis arrivée en France, je me suis reconvertie en tant que peintre industrielle dans l’aéronautique. En tant que femme, étrangère et hispanophone j’ai dû faire face à des situations machistes, racistes et classistes complètement inattendues. Pourtant, j’étais en France, le « pays des droits de l’Homme »… Est-ce que c’est aussi celui des droits des femmes et des migrants ? La liberté, l’égalité, la fraternité, mais pour qui ?

J’ai entendu les femmes gilets jaunes dire qu’elles devaient faire des concessions pour arriver à la fin du mois. Beaucoup d’entre elles sont des mères célibataires avec des enfants. Moi, je n’ai pas d’enfants, mais je dois aussi faire des concessions. Dans l’industrie, on trouve encore du travail, mais dans quelles conditions ? Il faut subir les abus du patron et une exploitation qui ne nous permet même pas d’arriver à la fin du mois. C’est ça qui est violent, et pas ce que nous font croire les médias qui critiquent le mouvement des Gilets Jaunes.

Cinq ans se sont écoulés depuis mon arrivée en France, et ce que je vois, c’est qu’ici ou de l’autre côté de l’Atlantique, il n’y a qu’une classe ouvrière. L’exploitation n’a pas de frontières, le capitalisme et le patriarcat sont un mal international, une alliance criminelle qu’il faut continuer à combattre avec force dans les rues et en donnant les coups ensemble !

Révolution Permanente sera à l’initiative de plusieurs événements publics avec Andrea D’Atri :

-  A Bordeaux, le 14 février : Le retour de la lutte des femmes en France ?

-  A Toulouse, le 15 février : De l’Argentine à la France : les femmes en première ligne ?

-  A Paris, le 22 février : Des foulards verts en Argentine aux Gilets Jaunes en France : les femmes en première ligne ?, en présence également de plusieurs femmes protagonistes de différentes luttes ces dernières années, dans la santé, le nettoyage, la SNCF, et aussi des Femmes Gilets Jaunes qui viendront partager leurs expériences et débattre avec le public.

Une section spéciale dédiée à la diffusion des écrits et articles d’Andrea, ainsi qu’aux différents débats au sein du mouvement féministe, a été créée à cette occasion. N’hésitez pas à visiter, lire, commenter et partager les articles !




Mots-clés

Féminisme    /    Droits des femmes   /    Du Pain et des Roses