^

Notre classe

Soutien aux raffineurs

Frédéric Lordon à Grandpuits : "Un système vicieux c’est un système à détruire"

« Il faut que tout le monde voit qu’un système qui vient nous expliquer que pour sauver la planète il faut jeter les salariés à la rue est un système vicieux. Et qu’un système vicieux est un système, je ne dis même pas à changer, c’est un système à détruire. »

mercredi 27 janvier

A la raffinerie en grève de Grandpuits, ce mercredi 27 janvier, un grand rassemblement avait lieu pour soutenir les ouvriers en grève depuis aujourd’hui 23 jours et assister à leur assemblée générale. Les délégations de soutien étaient en nombre toute l’après-midi sur le piquet de grève : famille des raffineurs, agents de la RATP, postiers, cheminots, étudiants, militants écologistes, représentants de partis politique (NPA, Lutte Ouvrière, France Insoumise, PCF…), etc. Le philosophe et économiste Frédéric Lordon était présent lui aussi et a pris la parole pour exprimer sa solidarité avec la grève des raffineurs de Grandpuits, insistant sur l’importance de lutter à leurs côtés. Nous retranscrivons son intervention :

« C’est un grand honneur et un peu intimidant d’être ici. Vous savez, quand du dehors on regarde une lutte sociale comme la vôtre, on est partagé entre le sentiment de la solidarité bien sûr, celui de l’admiration évidemment, et puis aussi, il faut le dire, celui de l’impuissance. On est toujours à se demander : « qu’est-ce qu’on pourrait faire pour venir les aider qui ne soit pas dérisoire ? » Parce que c’est vous qui êtes en première ligne. Alors, on peut peut-être partir de l’hypothèse que les sales types en général ont une préférence pour faire leurs sales coups dans un coin sombre et entourés de silence. Si c’est ça, nous on peut vous aider à venir faire du bruit et de la lumière.

De la lumière surtout, parce qu’il faut que tout le monde voit, que tout le monde voit que ce qui vous arrive intéresse tout le monde. C’est pas juste quelques centaines de raffineurs à Grandpuits : il faut que tout le monde voit qu’un système qui vient nous expliquer que pour sauver la planète il faut jeter les salariés à la rue est un système vicieux. Et qu’un système vicieux est un système, je ne dis même pas à changer, c’est un système à détruire. Alors que voila ce que Grandpuits dit à tout le monde : « regardez ce qui nous arrive, comprenez que c’est en train de vous venir dessus et cessez de tourner autour du pot. Commencez à tirer quelques conclusions ».

La première conclusion à tirer c’est qu’à Grandpuits comme ailleurs il est temps de laisser les manettes à ceux qui savent faire, ceux qui savent comment faire tourner cette boutique, ceux qui savent comment lui faire faire autre chose que de la saloperie, ceux qui savent comment s’organiser pour que personne ne reste sur le carreau. Et ça c’est pas les actionnaires, c’est pas Pouyanné, c’est vous.

La deuxième conclusion est à l’usage du pouvoir politique, qui soutient le pouvoir des actionnaires, qui soutient le pouvoir de vos dirigeants. Alors à tous ces gens-là, nous pouvons dire ceci : « Depuis des lustres, dans tous les médias, on vous présente comme les élites, la vérité c’est que vous êtes des nullités. Et plus encore : des nullités toxiques. Ça fait maintenant des décennies qu’on vous regarde faire et on voit parfaitement bien dans quelle merde vous nous avez mis, sociale, environnementale, pandémique, sanitaire, existentielle. C’est bon vous avez fait assez de conneries comme ça. Maintenant il est temps de partir. Du reste, vous êtes à contresens de l’histoire. Vous finirez par disparaître, c’est une certitude. Notre seule préoccupation ça serait que vous ne tardiez pas trop. Dans tous les cas ne vous inquiétez pas, vous ne nous manquerez pas, on sera fait sans vous. On sait déjà ce qu’on mettra à votre place : une conscience de la planète, et la production aux mains des producteurs. »

Et maintenant, à Grandpuits, les gens du dehors peuvent dire ceci : « cette grève c’est votre affaire, vous la conduirez de la manière et jusqu’où vous le déciderez. Mais sachez une chose, c’est que nous avons hautement conscience que en luttant pour vous, vous luttez aussi pour nous. Et parce que pour vous luttez pour nous alors nous lutterons avec vous. » »




Mots-clés

Raffinerie Grandpuits   /    Philosophie   /    Total   /    mouvement ouvrier   /    Répression   /    Notre classe