^

Jeunesse

Coups de comm'

Gabriel Attal fait sa comm’ sur Fun Radio pendant que la police gaze des lycéens

Ce mercredi soir, le porte parole du gouvernement Gabriel Attal se rendait sur l'antenne libre de Fun Radio. Une tentative ridicule de rapprochement de la jeunesse, visant à redorer le blason du gouvernement, alors que depuis lundi les lycéen.ne.s bloquent leurs établissements pour demander des mesures sanitaires à la hauteur de la crise.

jeudi 5 novembre

Crédits photo : Gabrielle Ferrandi / Fun Radio

S’il pouvait paraître surprenant d’entendre Gabriel Attal faire des blagues grivoises à l’antenne de Fun Radio mercredi soir, ce n’est pas la première fois que le porte parole du gouvernement tente de s’adresser aux jeunes en utilisant leurs moyens de communication. En plus d’avoir lancé sa chaîne Twitch, Gabriel Attal était il y a quelques jours en live sur Instagram avec EnjoyPhoenix, influenceuse très suivie, pour parler de la crise sanitaire. Dans la même veine, il a organisé des visites à l’hôpital pour aller à la rencontre des soignants avec plusieurs autres influenceurs afin qu’ils « sensibilisent la jeunesse à la crise sanitaire ». Des coups de com’ qui ne trompent personne et qui mettent en lumière l’hypocrisie d’un gouvernement qui en septembre accusait les étudiants d’être les principaux responsables de la propagation du virus au sein des universités, dénonçant les soirées privées et l’irresponsabilité de la jeunesse.

La tentative de cooptation de la jeunesse de la part du gouvernement apparaît encore plus ridicule au vu de la mobilisation lycéenne et enseignante entamée ce lundi par de nombreux blocus, pour réclamer de véritables protocoles sanitaires dans les établissements scolaires. Comble de l’indécence du gouvernement et de son porte-parole, la seule réponse apportée aux lycéen.ne.s pourtant loin d’être indifférents face à la crise sanitaire, est la répression. Dans plusieurs lycées, et notamment à Saint-Denis au lycée Paul Eluard, la police n’a pas hésité à gazer, interpeller et passer des lycéens à tabac. Une répression violente pour taire la colère de jeunes qui refusent de mettre en danger leur entourage en continuant à aller en cours où le risque de contamination est très élevé, conséquence de la gestion chaotique et criminelle de la crise et du manque de mesures réelles et efficaces mises en place par le gouvernement.

Les seules mesures qui ont été annoncées pour aider la jeunesse dans cette crise sanitaire et économique sont non-seulement dérisoires mais aussi extrêmement flou. Si nous n’avons pas eu de nouvelles concernant les 150€ d’aide en plus pour les bénéficiaires des APL que Macron annonçait dans son allocution, c’est que la mesure a été supprimée le jour suivant. Le plan jeune et son programme baptisé « 1 jeune, 1 solution » est avant tout un plan d’aide au patronat qui renforce le recours aux contrats précaires.

La seule chose que nous promet le gouvernement c’est un isolement des plus total avec des cours d’universités en distanciel, un confinement autoritaire et aucune aide supplémentaire alors que des le premier confinement on a vu que ce sont les contrats précaires et secteur de l’hôtellerie où travail beaucoup de jeune à côté de leurs études qui ont été directement impacté par les licenciements.

Alors que la jeunesse fait partie des secteurs de la population les plus impactés par la gestion désastreuse de la crise sanitaire et économique, et que la colère commence déjà à se matérialiser dans les blocus lycéens, ce n’est pas Gabriel Attal sur l’antenne libre de Fun Radio qui diffuse la Marseillaise à 22 heures qui réussira à nous amadouer et nous faire croire que le gouvernement n’est pas responsable de la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui.




Mots-clés

gouvernement   /    Jeunesse   /    Lycées   /    Jeunesse