^

Notre classe

Paralysie complète sur le réseau Nord

Gare du Nord la Rouge reconduit la grève

Ambiance des grands jours à la Gare du Nord, avant le départ de la manif parisienne. En AG, les cheminot.es ont voté la reconduction de la grève et ont élu un Comité de grève pour prendre en main leur lutte.

jeudi 5 décembre 2019

Gros contraste, ce matin, à la Gare du Nord. Des quais absolument déserts et un silence particulier, dans le hall principal. Rien à voir avec ce qu’il se passait au bout du quai 36, rendez-vous habituel des grévistes du réseau paris Nord de la SNCF.

La paralysie du réseau est quasi complète. Et pour cause, les taux de grévistes sont impressionnants : 95% chez les tractionnaires, 75% au Technicentre du Landy, qui assure la maintenance des trains, des chiffres similaires dans les autres secteurs. Au Bourget, les aiguilleurs sont tous à l’arrêt. Aucun train, ou presque, ne circule.

Plusieurs prises de parole au cours de l’AG qui a commencé peu après 11h, en présence également de délégations solidaires, de l’hôpital d’Ermont, d’étudiantes et d’étudiants de Paris 8 et même des Gilets jaunes nantais.

Pour les cheminots, la coupe est pleine. « Ni clause du grand-père, ni de la grand-mère, on nous la fera pas à l’envers ». C’est très directement que les grévistes posent la question des perspectives du mouvement : il ne doit pas y avoir de négociation, et c’est pour le retrait, qu’ils se battent. Et ce d’autant plus qu’avec ce mouvement, les cheminots « ont des comptes à régler laissées par les grèves précédentes », lance Karim, du Landy. Les taux sont très élevés, mais Anasse souligne qu’il va falloir étendre le mouvement là où certains ne sont pas grévistes, et aller chercher les grévistes pour massifier la mobilisation, rendue plus compliquée, également… par la grève des transports ! La question de la coordination et de l’Interpro au niveau Île-de-France est également posée.

En fin d’AG, deux votes sont soumis aux grévistes, extrêmement importants pour la suite du mouvement, mais également pour la nécessaire coordination des secteurs en lutte, cheminots et non-cheminots, public comme privé. D’une part, c’est à l’unanimité que la reconduction est décidée jusqu’au vendredi 6 décembre, à 11h, rendez-vous de la prochaine AG Interservices. Le second tout aussi important, « pour que personne n’aille parler à notre place et pour aller chercher la gagne », souligne Anasse, c’est l’élection du Comité de grève. 17 grévistes, syndiqués (CGT, FO, Unsa et Sud Rail) et non-syndiqués y ont été élus, pour coordonner la mobilisation en lien avec l’AG.

C’est en craquant des fumigènes et en lançant des pétards dans la gare déserte que les grévistes sont sortis pour se rendre à la Gare de l’Est, toute proche, d’où devrait partir la manifestation parisienne, à 14h. Gare du Nord la Rouge, aujourd’hui encore, était au rendez-vous de la lutte.




Mots-clés

5 décembre   /    Réforme des retraites   /    UNSA   /    SUD-Rail   /    Paris 8   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    FO   /    CGT   /    SNCF   /    Notre classe