^

Notre classe

Mouvement ouvrier

"Gare propre, mains sales" : des salariés du nettoyage en grève contre le harcèlement à Lyon

"Perrache : Gare propre, mains sales", c'est derrière ce slogan que la quasi-totalité des travailleurs du nettoyage de la gare de Perrache se sont mis en grève contre le harcèlement d'un agent de la métropole.

mardi 15 juin

Depuis mardi, la quasi-totalité de l’équipe de nettoyage de la société de sous-traitance Arc-en-Ciel de la gare de Perrache est en grève pour protester contre le harcèlement qu’ils subissent de la part du contrôleur qualité, un agent de la métropole de Lyon ayant la charge du nettoyage des locaux de la gare routière et donneur d’ordre de leur société de nettoyage Arc-en-Ciel.

Après plus de 5 ans de harcèlement et de signalements sans réponse des supérieurs hiérarchiques, tous les salariés du nettoyage (sauf une personne) de l’entreprise Arc-en-ciel, ont arrêté de travailler, qu’ils soient syndiqués ou non.

Les salariés en grève dénoncent une situation de harcèlement dans laquelle le contrôleur qualité abuse de sa position hiérarchique pour faire vivre un véritable enfer à l’ensemble de l’équipe. En effet les salariés du nettoyage disent subir des brimades, du racket, des insultes : « Il rentre dans les vestiaires ou dans les toilettes, il tape dans les portes, quand certains vont à la douche, il éteint les lumière, il nous interdit de parler avec les commerçants et les usagers et quand nous répliquons il nous répond qu’il nous paye donc qu’il a tous les droits. Il nous menace avec la clause de mobilité, il dit qu’il va demander à notre patron de nous répartir sur plusieurs sites. Les gens ont peur, la moitié ne parlent pas français, ne savent pas écrire. Une dame a fait une fausse couche, le médecin du travail lui a recommandé un siège pour s’asseoir dans les toilettes, il a enlevé le siège, il répond que nous sommes là pour travailler », nous explique un gréviste. Cette situation a provoqué la démission de plusieurs chefs d’équipe et plusieurs salariés qui évoquent un mal-être psychologique. Un agent de maitrise en charge du recrutement dénonce également des discriminations envers les personnes handicapées qui ont été embauchées dans le cadre d’une politique d’insertion de la métropole de Lyon.

Malgré plusieurs courriers, envoyés par la CNT-SO, pour dénoncer la situation, ni la métropole, ni Arc-en-ciel n’ont levé le petit doigts, et ce alors même que les salariés ont même fait des manifestation devant le Grand Lyon. D’après le communiqué de CNT-So face à la grève, la métropole, représentée par Madame Khelifi, vice-présidente aux ressources humaines et élue EELV, "a fait savoir dans une unique réponse datée du 1er juin que la situation résulterait du fait que « les salariés de l’entreprise ne semblent pas être bien informés des missions qui sont confiées".

De plus, toujours selon le communiqué de la CNT, se serait dédouané en expliquant que "en tout état de cause, l’obligation de santé et de sécurité relèverait de la seule responsabilité de l’employeur, en l’occurrence de la société ARC-EN-CIEL." Pourtant, les entreprises de nettoyage qui se sont succédées , notamment Samsic, ont été alertées sans que la situation n’évolue. A l’époque où Samsic était sous-traitant, l’inspection du travail avait ouvert une enquête, qui ne s’est pas poursuivie après l’arrivée d’Arc-en-Ciel.

Aujourd’hui les salariés sont bien décidés à continuer la grève. Ils ont transmis à la métropole qui nie avoir connaissance des faits tous les éléments de preuve concernant la situation de harcèlement. En plus de réclamer la cessation de la situation de harcèlement, ils réclament auprès d’Arc-en-Ciel, un prime de panier repas, un 13eme mois intégral, l’installation des équipements préconisés par la médecine du travail et enfin la revalorisation de certain collègues dont l’échelon n’a jamais évolué après des dizaines d’années de travail au sein de la métropole. Ces revendications équivalent à la mise à égalité avec les salariés de nettoyage internalisés par la métropole.Les grévistes aujourd’hui le disent, après tant d’années d’humiliation, il se battent pour la dignité.




Mots-clés

Secteur du nettoyage   /    Grève   /    Patrons-voyous   /    Notre classe