^

Société

Chasse aux précaires

Gaz et électricité : les coupures pour impayés en hausse significative

Ce mardi 8 octobre, le médiateur national de l'énergie a sorti un communiqué à propos de la hausse importante de consommateurs en situation d'impayé, avec un estimation de 600 000 coupures ou réductions de puissance pour 2019.

mardi 8 octobre

Crédits photo : afp.com/Philippe Huguen

On s’attend en effet à plus de 600.000 interventions (coupure ou réduction de puissance) liées au gaz et à l’électricité sur 2019 contre 572.000 en 2018. Rien que sur le 1er semestre 2019, les données transmises par les fournisseurs montrent une hausse de 18% en électricité et de 10% en gaz par rapport au 1er semestre 2018.

Dans le communiqué, la médiation révèle également que : « les sollicitations auprès du service Energie-Info de personnes dont l’énergie a été suspendue à la demande de leur fournisseur pour cause d’impayé ont plus que doublé : 372 demandes sur les 3 premiers trimestres 2019 ».

Cette hausse significative de personnes en situation d’impayés montre que de manière assez inquiétante, de plus en plus de personnes se retrouvent dans l’incapacité de payer leurs factures. Et la situation va sûrement encore s’aggraver en 2020 quand la facture d’électricité va encore augmenter.

Comme le souligne également au micro d’Europe1 Jean Gaubert, le médiateur national, : « Nous allons largement passer les 600 000 interventions pour l’année 2019, ce qui sera un mauvais signe. Cela ne veut pas dire que nos concitoyens sont moins bons payeurs qu’avant, cela veut dire qu’ils ont plus de difficultés à payer qu’avant ».

A l’heure où des mouvements sociaux comme celui des gilets jaunes mettent en lumière la question de la précarité d’une grande partie de la population, il n’est pas surprenant de voir ces chiffres augmenter encore et encore. Les raisons relevées par la médiation nationale pour expliquer ces impayés - « factures de régularisation élevées, logements énergivores, accidents de la vie, recours mal connus » montrent bien que le problème ne vient pas du fait que les gens seraient des « mauvais payeurs » mais qu’aujourd’hui, avoir accès à des nécessités « basiques » comme l’électricité est de plus en plus difficile.

La situation ne risque d’ailleurs pas de s’améliorer quand on voit ce que prévoit le gouvernement Macron pour le monde du travail avec la réforme des retraites. Face à cette attaque d’ampleur qui va continuer à précariser et à permettre d’exploiter encore plus les travailleurs et les salariés qui encaissent déjà depuis des années les conséquences de ces politiques néolibérales, il apparaît plus que jamais important de se mobiliser et de riposter à la hauteur de ces attaques.




Mots-clés

Précarité   /    Société