^

Politique

Déconfinement

Gestion catastrophique. Le gouvernement réfléchirait à un couvre-feu à 17h et de nouvelles restrictions

Comme on pouvait s'y attendre, le « confinement light » pro-patronal de Macron ne s'avère pas assez efficace pour juguler l'épidémie. Il apparaît de plus en plus probable que l'objectif de moins de 5000 nouveaux cas par jour, qui avait été fixé pour le déconfinement, ne soit pas atteint. Quelles vont être alors les mesures annoncées ce jeudi ?

mercredi 9 décembre 2020

Crédits photo : Thomas SAMSON/AFP

L’épidémie n’est pas aussi maîtrisée que prévu

Comme nous l’écrivions précédemment, la barre de 5 000 cas donnée par le gouvernement comme critère essentiel pour le déconfinement reste très loin. Il y a quelques jours, le chef de service en maladies infectieuses à la Pitié Salpêtrière donnait son point de vue : « ce ne sera pas atteignable parce que la courbe arrête de descendre, elle se stabilise ». Depuis plusieurs jours en effet, le nombre de nouvelles contaminations oscille entre 10 000 et 13 000 mais ne semble pas changer radicalement. Le seul point positif - mais qui reste fragile - est la lente diminution des patients en réanimation. Selon Le Journal du Dimanche, sur la journée de mardi, 13 000 nouvelles contaminations ont été comptabilisées.

Le secrétaire d’État en charge de l’Enfance et des Familles, Adrien Taquet, cité par le journal Le Bien Public, a admis que « La tendance récente est un ralentissement de la baisse du nombre de nouveaux cas des contaminations, ce n’est pas une bonne nouvelle ». Il a ajouté : « Nous suivons ça de très près, nous adoptons en conséquence les mesures et le Premier ministre aura l’occasion [ce jeudi] - en fonction des dernières évolutions constatées et des derniers arbitrages à prendre - de formuler de nouvelles mesures. »

Un Conseil de Défense se tenait donc ce mercredi pour statuer sur le déroulement des prochains jours en terme de mesures sanitaires. À l’heure actuelle, peu d’informations ont filtré. Les annonces seront faites lors de la conférence de presse de Jean Castex ce jeudi. Toujours selon Le Journal du Dimanche, « Plusieurs options sont donc possibles : soit confirmer les perspectives données par Emmanuel Macron, c’est-à-dire poursuivre le déconfinement ; soit maintenir cette trajectoire d’assouplissement des mesures, mais en introduisant un couvre-feu plus drastique qu’initialement prévu à 21 heures ; soit repousser encore la date de l’allègement au-delà du 15 décembre. Ce qui nous rapprocherait des fêtes de Noël… Cette dernière option remettrait logiquement en cause l’ouverture des lieux culturels (cinémas, théâtres et musées), celle des salles de sport pour les mineurs, mais aussi l’abandon des restrictions de déplacement, et donc de l’attestation. » Plusieurs médias dont La Voix du Nord affirment que ce couvre-feu avancé pourrait l’être à 17h ou 19h.

RMC va même encore plus loin en affirmant que « D’autres restrictions notamment un couvre-feu sont sérieusement envisagées pour le réveillon du 31. "Jean Castex, le Premier ministre serait prêt à sacrifier le réveillon de la Saint-Sylvestre", affirme une source gouvernementale. »

Une stratégie sanitaire toujours pas à la hauteur : une gestion toujours plus répressive de la crise

Le gouvernement s’était fixé une limite de 5000 contaminations par jour pour déconfiner au 15 décembre, et celle-ci n’est finalement pas atteinte. Et pour cause si un « confinement » est en place depuis plus d’un mois, celui-ci a uniquement consisté à réduire nos libertés, nos possibilités de sorties et de réunions dans le cadre privé. Des mesures qui ont permis de faire baisser le taux de contaminations sans pour autant endiguer l’épidémie. Et pour cause le gouvernement a pris ces décisions dans l’unique but de maintenir l’économie et les profits, sans prendre de réelles mesures sanitaires. C’est cette absence de plan qui conduit à la situation actuelle où il est impossible de tester massivement avant les fêtes de Noël, ou même d’avoir un dispositif de suivis des cas solide pour permettre de déconfiner. En effet le chiffre des 5 000 contaminations par jour trouve son origine dans le fait qu’au delà de ce nombre, le système de tests et de traçage se retrouve submergé et donc incapable de participer à freiner l’épidémie.

Face à cette situation le gouvernement est pris de court, mais n’envisage qu’une chose, poursuivre sa gestion pro-patronale et surtout répressive. Ainsi s’il serait à priori prêt à maintenir l’autorisation de se déplacer pour Noël -quel coût politique cela serait d’avoir empêcher les familles de se retrouver par leur gestion catastrophique de l’épidémie- nos libertés pourraient ne pas s’étendre au réveillon du nouvel an et le gouvernement pourrait surtout signer le retour d’un couvre-feu renforcé. Rentrer à 17h, ne pas sortir sans attestation le tout sous peine d’amende : faire peur, dissuader et réprimer se trouve être le seul plan envisagé par le gouvernement.

Alors que certains spécialistes mettent en garde sur l’approche d’une troisième vague, le plan ne peut se résumer à attendre un vaccin pour juguler réellement l’épidémie tout en réprimant toujours plus durement. Il faut exiger une stratégie de prévention pour briser les chaînes de contamination avec un plan de dépistage massif du virus, et des moyens dans les hôpitaux pour permettre de faire face à l’épidémie.




Mots-clés

vaccin   /    Jean Castex   /    Déconfinement   /    Covid-19   /    confinement   /    Coronavirus   /    Emmanuel Macron   /    Politique