^

Politique

Violences policières

Gilet Jaune renversée par un motard de la police ? Une étudiante témoigne

Nous publions ci-dessous le témoignage d'une étudiante, présente lors de la scène lors de l'acte 16.

"C’était à l’acte 16, on était dans une sauvage qui partait des champs, le matin. Plusieurs personnes avaient décider de ne pas suivre le cortège déclaré et de résister en s’asseyant, pour rester sur les champs. Sauf que les gendarmes ont commencé à nous nasser, commençant à pousser avec les boucliers pour nous forcer à suivre la marche. À mi-chemin de la place de l’étoile, le cortège s’est stoppé, puis il y a eu une percée, tout un cortège est parti en courant, nous avons suivi avec quelques amis, pensant qu’il fallait tenter notre chance maintenant, avant que la police nous rattrape.

Nous avons bien fait, ça s’est refermé après. Je me souviens qu’on a marché, puis couru longtemps, en faisait plein de détours. quelques barricades se sont faites, mais à peine quelques barrières et poubelles renversées. On devait aller vite, la police était derrière. J’entendais crier « la bac, la bac ! ». Dans un détour, le cortège s’est divisé, pris de panique . La bac tentait de nous coincer. On a couru jusqu’à une grande route, près à ce qui ressemblait à un périphérique . Là on pensait avoir semé la bac . « les flics » crie des gilets . C’est là que ca s’est passé. Je n’ai pas vu la scène . La police a moto a débarqué à pleine vitesse, ça courrait de partout. Soudain, un groupe en plein milieu de la route s’arrête , s’attroupe, j’entends « Medic ! Medic ! « je me rend compte que je suis une des seules medic sur place. Je cours vers l’attroupement. Une femme est allongée par terre, elle est sonnée, tout le monde s’énerve et j’ai l’impression qu’elle a mal.

On était en plein milieu de la route, la police allait arriver. Je demande comment ça allait , elle me disait « ca va ca va , mais vous avez vu ce qu’il a fait ? » elle avait l’air encore sous le choc. Je demandais à ce qu’on m’aide à l’amener sur le trottoir, à l’abri , car j’avais peur du comportement de la police, et je ne savais pas si elle était blessé,si elle avait reçu des chocs physiques, juste qu’elle avait été renversée selon les gens autour.

A peine j’ai eu le temps de me baisser à la hauteur de la femme que la police a moto est arrivée, formant un gros attroupement, en criant, s’énervant, nous poussant. Ils empêchaient moi et les gilets d’approcher la femme. Je ne sais pas trop ce qui s’est passé ensuite, il y a eu de nouvelles moto qui fonçaient vite. Ca a couru à nouveau en plein milieu de la route. La femme s’est relevée, s’est énervée un peu auprès d’un des flics. Des gilets sont allés lui parler pour lui dire de s’éloigner d’eux. les flics commençaient à balancer des lacrymos et à gazer à la main dans tous les sens. Du coup tout le monde a mit ses masques et à courir. J’ai vu la femme partir avec des gens dans le cortège qui s’est enfui dans des petites rues. Un canon a eau et des camions de CRS bloquaient la route dans l’autre sens . Je ne sais même pas où on était , on a ensuite pris le métro avec des amis au niveau de louise michel pour retrouver les autres gilets dispersés dans paris.

Ce qui me dégoûte , en voyant la vidéo, c’est qu’on la voie tomber après que la moto lui fonce dessus , et partir , sans même savoir si cela allait. Ses collègues ont foncé sur nous alors qu’elle était au sol. Pour n’importe qui, ce genre de comportement serait jugé criminel et puni par la loi. Là on voit un policier qui se contente de fuir, et qui est protégé par ses collègues."




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Violences policières   /    Politique