^

Politique

En hausse de 16 points !

Gillets Jaunes. Pour 42% des sondés, manifester est un bon moyen pour « peser sur les décisions politiques »

Alors qu’avec le grand débat, Emmanuel Macron essaie de faire rentrer la colère des gilets jaunes sur un plan institutionnel, le baromètre annuel CEVIPOF révèle que les manifestations de rue qui sont un bon moyen pour peser sur les décisions politiques pour 42% des sondés.

jeudi 17 janvier

Crédits photo : o Phil des contrastes

« Manifester dans la rue », cet outil de pression politique utilisé depuis toujours par le mouvement ouvrier comme un outils pour avancer publiquement ses mots d’ordres, était depuis quelques années jugées de moins en moins en moins efficaces pour peser sur les mouvements politiques.

Cette tendance s’inverse manifestement dans la dernière itération du baromètre du CEVIPOF ou ce moyen d’expression gagne 16 points. A l’inverse, le vote perds 6 points et atteint son niveau le plus bas depuis 2009, date du premier sondage de la sorte par l’organisme.

Ce regain de confiance s’explique évidement par la démonstration qu’on fait les gilets jaunes avec leurs manifestations : il est possible de mettre un coup d’arrêt au gouvernement. Cette reprise de confiance se combien aussi à une défiance générale pour le jeu institutionnel de la Vième république. En effet, c’est l’ensemble des institutions, du président de la république, jusqu’au Sénat qui n’inspirent plus la confiance. A l’heure ou Emmanuel macron tente tant bien que mal de faire rentrer la colère des Gilets jaunes dans l’ordre républicain avec son « grand débat », ce sondage montre à quel point cette stratégie d’enfumage peine à prendre.

En effet, ce débat commander d’en haut, avec ces lignes directrices fixées par le gouvernement semble coché toute les cases pour une tentative ratée. D’une part, alors que le gouvernement annonce ne consentir une baisse des taxes indirect seulement au prix d’une baisse des services publiques, ceux-ci sont plébiscités. De la même façon, l’immigration que le gouvernement a fait rentrer dans le débat semble aller à rebours des préoccupation exprimées dans ce sondage.

La tentative en cours pour faire rentrer dans le rang les gilets jaunes s’appuie cependant sur la seule institution qui semble épargnée par la défiance généralisée : les maires. Il faut cependant noter que les questions posées par les maires lors du premier débat marathon a plutôt joué le rôle d’enfumage plutôt que de se montrer à la hauteur de la situation actuelle.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique