^

Notre classe

En grève

Gironde. Les postiers de Carbon-Blanc en grève pour de meilleures conditions de travail et pour une prime

Ce mardi, après deux autres site de La Poste en Gironde, sept postières et postiers de Carbon-Blanc étaient en grève toute la journée pour revendiquer de meilleures conditions de travail et l’obtention de la prime « Peak Period ».

mardi 22 novembre

Ce mardi, sept travailleur.euse.s de la plateforme de préparation et de distribution du courrier (PPDC) de La Poste de Carbon-Blanc ont effectué une journée de grève complète, avec un piquet tenu dès 7h du matin. Impactant la distribution des colis et du courrier sur la zone de Carbon, Ambarès, Saint-Eulalie et Ambes, et avec quasi 50 % de grévistes sur les 15 titulaires du site, la moitié des tournées ont été annulées.

Les postier.è.s protestent contre la dégradation de leurs conditions de travail et revendiquent l’obtention de la prime d’assiduité de 650 euros, habituellement délivrée durant la période de fin d’année, la « Peak Period », qui marque une hausse de l’activité importante. Mais les conditions d’obtention de cette prime sont très contraignantes, car elle peut-être retirée à la moindre journée d’absence (arrêt-maladie, grève…) et devient ainsi un moyen de pression important des directions.

Comme nous l’explique Xavier Dauga, représentant syndical Sud PTT 33 qui suit la situation du site Carbon-Blanc, les grévistes demandent « une révision organisationnelle après la restructuration effectuée en juin, qui devient intenable en cette période. Cela concerne notamment une repesée des tournées et surtout un changement des découpages des tournées qui, par exemple dans la configuration actuelle, force des facteurs à commencer les tournées plus tôt afin de pouvoir l’effectuer. Et ça, c’est du travail gratuit. »

Sur ce point, lors d’une réunion de négociation ce lundi, la direction s’est déclarée prête à se repencher sur la situation pour la réévaluer, « ce qui ne lui coûte pas cher » d’après Xavier Dauga, et a également annoncé embaucher deux intérimaires « pour faire face à la crise ». Pour le syndicaliste, « ce n’est pas ce que veulent les agents : ce qu’ils veulent, ce sont des embauches de titulaires, et non des contrats précaires qui ne sont pas formés. »

Concernant la prime Peak Period, le ton de la direction est sans équivoque. Comme nous le rapporte le syndicaliste Sud PTT : « la directrice se dit prête à discuter, mais dès qu’il s’agit de pognon, l’ordre "vient d’en haut" et elle "n’a plus la main". Au plus haut niveau, il y a blocage, on lui a donné l’ordre de ne donner aucune prime aux facteurs. Pour La Poste, les 3,5 % d’augmentation délivrée cette l’année devraient suffire, alors même que l’inflation est quasi à 7 % : c’est du foutage de gueule. »

Alors que Carbon est le troisième site à entrer en grève ce mois-ci, après celle à Saint-Médard et celle en cours à l’HLU, le refus de l’ensemble des directions des sites, sans exception, d’accorder les primes réclamése reflète leur volonté de ne laisser aucune brèche à la diffusion plus large de cette revendication. Comme nous l’affirme Xavier Dauga : « La direction de La Poste ne veut pas que la tache d’huile des primes se répende. Si à Carbon ou à Saint-Médard une prime est lâchée, pourquoi les autres sites ne l’auraient pas ? Cela serait un prétexte pour que les mobilisations démarrent dans d’autres sites et c’est ce que La Poste veut éviter en période de fin d’année. »

Cette troisième grève sur les sites girondins de La Poste apparaît comme une réponse au contexte économique et social, marqué par une forte inflation qui fait baisser le salaire réel des travailleurs et travailleuses. Contre la dégradation de leurs conditions de travail, les postier.è.s commencent à relever la tête, et ce malgré la pression que la direction exerce par le biais de la prime. Il est à présent important de réussir à coordonner cette colère et ces débuts de mobilisation à la base, afin de construire un rapport de force contre la direction de La Poste.



Mots-clés

Prime   /    Inflation   /    Gironde   /    Grève   /    La Poste   /    Notre classe