^

Politique

Farce

Grand Débat : la moitié des réponses rédigées en ligne sont des doublons

Ce lundi 8 avril, avait lieu la restitution des contributions du Grand Débat. Alors que le gouvernement se félicite du nombre de participants, une analyse du Monde rapporte que plus de la moitié des propositions rédigées sont en fait des doublons ou des champs vides.

mardi 9 avril

Les contributions en ligne du Grand Débat se classaient en deux grandes parties. D’une part les questions fermées où il s’agissait de répondre par « oui », « non », « je ne sais pas », de l’autre les questions ouvertes où les contributeurs devaient rédiger une réponse construite apportant des propositions. Ces dernières portaient sur quatre grands thèmes distincts : démocratie et citoyenneté, fiscalité et dépenses publiques, transition écologique et organisation de l’Etat et des services publics.

Le gouvernement mettait en avant lors de la restitution des contributions au Grand Palais le 8 avril dernier le nombre de 506 000 participants ayant formulé environ 2 millions de réponses aux questions ouvertes et fermés. Cependant, en ce qui concerne les 569 000 réponses aux réponses ou-vertes les nombres cités ne prennent pas en compte le grand nombre de doublons présents et les champs vides (plus d’un tiers des textes restitués) ainsi que le fait que la majeure partie des textes ne comptaient pas plus de 10 mots.

Pour les Décodeurs du du Monde qui ont réalisé une analyse quantitative des contributions, « Selon les données accessibles à tous que nous avons analysées, plus de la moitié des textes rédigés sont en fait d’exacts copiés-collés des mêmes doléances. ». « Les chiffres donnés par le gouvernement sont parfaitement exacts ; néanmoins, ils ne reflètent pas la qualité extrêmement variable des contributions.. » concluent-ils.

Voir le gouvernement se targuer de ces contributions a ainsi de quoi faire doucement rire face à la réalité du Grand Débat en ligne. Un résultat cependant peu surprenant à la lumière de la parodie de démocratie qu’a constitué de fait ce Grand Débat, dont les questions étaient orientées et le débouché strictement cadré en fonction des perspectives du gouvernement.

Outre la limite du contenu des réponses, certains journalistes ont également pointé l’écart sociologique existant entre le profil des contributeurs du Grand Débat et les Gilets Jaunes. « Les zones rurales sont en revanche très nettement sous-représentées : elles comptent pour 23 % de la population et pour 9 % des répondants. Tout le contraire des agglomérations de plus de 100 000 habitants qui sont, elles, surreprésentées : 46 % de la population pour 56 % des répondants. En réalité, la France du « grand débat » ressemble à la France qui va bien et qui accepte les grandes lignes idéologiques du gouvernement. Bref, une France qui a les traits de l’électorat d’Emmanuel Macron. » notent ainsi Romaric Godin et Ellen Salvi dans Mediapart.

La majorité des gens ayant contribué aux questions posées par le Grand Débat se rapprochent ainsi plutôt de l’électorat de Macron, là où les Gilets Jaunes n’ont pas été dupes de la manœuvre gouvernementale visant à calmer la crise.

Crédit photo : Philippe Lopez / AFP




Mots-clés

Grand Débat   /    Gilets jaunes   /    Emmanuel Macron   /    Politique