^

Politique

Une opération de com' bien ficelée

Grand Débat sur C8 : Cyril Hanouna, le nouveau ministre de la communication de Macron ?

Vendredi soir Marlène Schiappa co-animait l'émission Balance Ton Poste sur C8 avec Cyril Hanouna. Alors qu'Emmanuel Macron tente de restaurer son autorité face à la crise de légitimité ouverte par le mouvement des Gilets Jaunes, la Secrétaire d'Etat est venue sur le plateau du présentateur télé soi-disant pour débattre avec la France d'en bas dans le cadre du Grand Débat National organisé par le gouvernement. Invités choisis, public muselé, mépris de classe, débat cadenassé... Décryptage d'une opération de communication bien ficelée.

mardi 29 janvier

Tout d’abord sur le choix de l’émission, il est pour le moins révélateur que Marlène Schiappa dit – « Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations » – ait choisi l’émission de Cyril Hanouna pour s’exprimer. En effet, le présentateur de Balance Ton Poste est, avec son émission, responsable de 43% des plaintes au CSA pour homophobie. Il y a quelques mois, il avait suscité le scandale le vendredi 26 mai sur C8 lorsqu’il avait piégé une personne homosexuelle sur un site de rencontre pour l’humilier devant des millions de téléspectateurs. Christophe Castaner avait par la suite volé à son secours expliquant que l’animateur avait du talent. Marlène Schiappa avait simplement conseillé à Hanouna d’avoir à sa disposition et à celles de ces chroniqueurs un « buzzer », pour pointer les actes qui dépasser les bornes. De quoi à coup sûr régler les problèmes d’homophobie et de sexisme de l’émission... Le CSA sous la pression des téléspectateurs avait fini par condamner la chaîne de Bolloré à ne pas diffuser de publicité durant 3 semaines pendant l’émission. C8 avait alors réclamé 13,1 millions d’euros pour le préjudice engendré. H2O, société de production de « Touche pas à mon poste », avait même porté plainte contre Nicolas Noguier (président de l’association le Refuge - venant en aide aux jeunes personnes homosexuelles rejetées par leur famille) pour diffamation. Mais on pourrait également cité la fois où Cyril Hanouna et ses chroniqueurs ont défendu un tennisman filmé en train d’embrasser une journaliste de force, ou encore un homme accusé d’avoir violer sa femme pendant son sommeil. Sans parler de l’épisode où l’un de ses chroniqueurs a embrassé, contre son consentement, les seins d’une femme invitée sur le plateau. Bref, un présentateur télé loin d’incarner une quelconque once de crédibilité quant aux luttes féministes et contre les discriminations.

Mais qu’on ne s’étonne pas lorsqu’on voit notamment les liens entre les Bolloré, propriétaires de la chaîne, et Macron. En décembre 2017, Hanouna avait appelé en direct Emmanuel Macron pour son anniversaire donnant une scène irréaliste. « Je vis assez mal cette volonté de me vieillir d’une heure. Vous êtes en avance. C’est adorable » , expliquait Macron quand Hanouna l’invitait à faire une partie de tennis ou de ping-pong. Yannick Bolloré était présent au premier meeting de Macron, organisé le 12 juillet 2016 à la Maison de la mutualité, ainsi qu’à sa cérémonie d’investiture comme président de la République. C’est donc dans cette émission Touche pas mon poste que Marlène Schiappa va faire de la pédagogie pour les Gilets Jaunes, dans cette émission où le 13 octobre dernier le débat tournait autour de « Pour ou contre l’IVG ? » et qui avait fait polémique étant donné la « légèreté » de la gestion du débat qui donnait notamment la parole à Emile Duport, chef de file de l’association anti-IVG "Les Survivants". Sans aucun recul sur la fait de remettre le droit à l’IVG sur une émission télé à une heure de grande écoute, avec un public majoritairement composé d’adolescent, alors que des femmes continuent chaque jour partout dans le monde de mourir des suites d’une tentative d’avortement clandestin.

Le débat en lui même n’a par ailleurs rien apporté de nouveau par rapport aux revendications des Gilets Jaunes, que ce soit le rétablissement de l’ISF, l’augmentation des salaires et des pensions, ou l’abaissement de l’âge de la retraite à 55 ans. Il n’a été qu’une façade, piètre tentative pour redorer le blason du gouvernement. En effet, Hanouna, dont l’émission a été suivie par 1 million de téléspectateurs, n’a fait que servir la soupe à une Marlène Schiappa qui avait le pouvoir de noter les propositions sur un tableau à sa convenance, telle une maîtresse devant ses élèves, et qui n’a pas hésité à déclaré que « La France est un pays qui aime se plaindre » juste avant que Nicole, 70 ans, retraitée qui n’arrive pas à finir ses fins de mois intervienne... Il est aussi significatif que la plupart des invités sur le plateau, dont les parcours et les idées ont été préalablement passés au crible, soient en grande majorité issus de couches sociales supérieures, tandis que les invités issus des couches populaires étaient relégué dans le public.

Public qui n’a d’ailleurs pas pu intervenir dans le débat, contrairement à ce qui avait été annoncé par la production. Lorsque des membres du publics ont voulu partir, lassés d’être pris pour des pots de fleur, les vigiles leur font même comprendre qu’ils n’avaient pas le droit de quitter l’émission... Probablement pour préserver l’image de l’émission et ne pas laisser voir à l’antenne à quel point le débat était cadenassé. Contrairement au profil qu’il avait voulu se donner en novembre dernier en proposant aux Gilets Jaunes de leur servir de « porte-voix », Cyril Hanouna apparaît donc ici pour ce qu’il est vraiment, celui qui utilise son émission pour une énième opération de communication au profit du gouvernement.




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Politique