^

Politique

Enfumage

Grand débat. Les « fiches pédagogiques » orientées pour conforter la politique néo-libérale du gouvernement

Ce mercredi 16 janvier, le gouvernement a publié sur le site du fameux grand débat national ses « fiches pédagogiques ». Selon une série d'expert, ces fiches visent avant tout à appuyer les choix budgétaires de l'exécutif.

jeudi 17 janvier

C’est sur le site du grand débat que le gouvernement a publié une série de « fiches pédagogiques » relatives à différentes thématiques : Fiscalité et dépenses publiques, organisation de l’Etat et services publics, transition écologique, démocratie et citoyenneté.

Si le gouvernement affiche sa volonté « d’éclaircir » le débat et ses enjeux, une série d’experts économiques sont bien plus sceptiques. Pour Mathieu Plane, économiste à l’OFCE, « c’est intéressant car cela met les choses à plat. Mais certains points semblent orienter la discussion pour aller dans le sens de la politique du gouvernement ». En ligne de mire, la vision binaire du gouvernement pour combler le déficit public : augmenter les impôts ou réduire les dépenses. Même son de cloche du côté de Alain Trannoy, directeur d’études à l’EHESS. « On a le sentiment que le gouvernement essaie d’escamoter le débat sur les questions de justice fiscale pour l’orienter sur la baisse des dépenses » juge-t-il. Et Mathieu Plane d’enfoncer le clou : « Le CICE n’est pas mentionné, ni le fait que nous sommes désormais l’un des pays où il y a le moins de cotisations au niveau du smic ».

Une traduction concrète de la condition « d’accord pour débattre, mais le cap ne changera pas » de Macron ? C’est en tout cas ici que l’on voit l’enfumage que représente ce grand débat. Au-delà du fait que Macron entend seulement donner un simple exutoire « institutionnel » à la colère sociale qui ébranle le gouvernement depuis deux mois, l’objectif est avant tout de « borné » le débat dans le cadre du modèle néo-libéral. Une manœuvre subtile, puisqu’une poignée de « doléances au prince », si elles se conforment à ce cadre imposé, pourrait alors convenir à Macron. L’autre objectif est bien entendu idéologique, pour ranger l’idéal qui fleurit sur les ronds-points et dans la rue dans la case « utopisme » et mettre en avant, par ces fiches de propagande, les solutions « raisonnables ». Raisonnables pour les classes dominantes, mais pas pour l’ensemble des Gilets Jaunes et des travailleurs. En somme, une raison de plus de ne pas se laisser embarquer dans le piège institutionnel que représente le grand débat national.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique