^

Politique

#GrèveGénérale

Grand marché de Rungis bloqué ! Gilets jaunes et gilets rouges ouvrent la journée

« Hé les dormeurs, il est 3 heures du matin et c’est la grève générale aujourd’hui » entonne Nathalie Athina sur son Facebook Live en direct du Grand marché de Rungis, au Sud de Paris, bloqué par plus d’un millier de gilets jaunes et de gilets rouges de la CGT. Convergence !

mardi 5 février

Image : @RevolutionPermanente

L’action a été organisée dans la plus grande discrétion. Sur les coups de 3 heures du matin, un millier de gilets jaunes et de gilets rouges de la CGT, accompagnés par des militants sans-papiers, se sont rendus sur les portes du Grand Marché de Rungis qui alimente toute l’Ile-de-France. Pour France Info, ils n’étaient que quelques centaines. C’est bien mal observer les vidéos qui circulent depuis le milieu de la nuit sur les réseaux sociaux et les commentaires des manifestants sur place.

A l’aube, trois portes sur quatre étaient bloquées par les manifestants. « Et la dernière voie d’accès est encombrée par les bouchons » commente Mathilde Panot, député du Val-de-Marne, pour la France Insoumise au micro de Taha Bouhafs.

« Gilets jaunes, Gilets rouges, tous ensemble ». C’est le mot d’ordre lancé très matinalement pour cette journée de grève interprofessionnelle appelée par la CGT. Parmi les présents, il y a, bien sûr, beaucoup de gilets rouges de la CGT. Des militants syndicaux qui ont compris que la convergence avec les Gilets Jaunes était une nécessité, là où le bureau confédéral, en dépit de son appel à la grève interprofessionnelle pour ce mardi 5 février, continue d’émettre certaines réticences vis-à-vis du mouvement.

Côté Gilets Jaunes, on retrouve à Rungis des membres des assemblées générales franciliennes : celle des Gilets Jaunes de Rungis, notamment, qui s’organise depuis déjà plusieurs semaines. A leurs côtés, des militants sans papiers, la Compagnie Jolie Môme, le Front Social, des représentants de la France Insoumise. Soit des militants de la gauche syndicale et politique, poussés par les appels d’Olivier Besancenot pour le NPA et de Jean-Luc Mélenchon pour la France Insoumise à se lancer dans la grève générale ce 5 février.

L’action coup de poing de Rungis est une réussite. Elle donne le ton d’une journée de convergence des luttes, entre gilets jaunes et monde du travail, et où les étudiants, avec des actions de blocage sur l’université du Mirail à Toulouse, dans les universités parisiennes comme à Nanterre ou Saint-Denis, devraient d’agréger au cours de la journée.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Blocage économique    /    Grève   /    Grève générale   /    CGT   /    Politique