^

Monde

Jusqu'à quand ?

Grèce. A Samos, un nouvel incendie frappe un camp de réfugiés surpeuplé

Aucune victime n'est à déplorer pour l'heure mais ce sont une fois de plus les réfugiés, déjà extrêmement précaires principalement à cause de la politique migratoire européenne, qui sont touchés.

mercredi 11 novembre

Crédit Photos : AFP

C’est sur l’ile de Samos que s’est déclaré ce mercredi matin un incendie, dont l’origine n’est pas encore déterminée. Selon les pompiers le feu qui a détruit « une petite surface du camp s’est déclenché mercredi matin près du conteneur servant de restaurant » des migrants installés ici. Cet incendie n’est pas le premier sur les îles grecques. En effet, le camp de Moria à Lesbos a déjà été victime d’un incendie qui a délogé plus de 12 000 personnes. Heureusement aucune victime n’est recensée jusqu’à présent. Les pompiers sont arrivés sur place avec 8 camions et ont fait leur possible pour évacuer les personnes et éteindre l’incendie, dont l’ONG Samos Volunteers a publié une vidéo sur twitter.

L’incendie du camp est un pas de plus dans la misère vécue par les réfugiés. En effet, le camp est théoriquement conçu pour accueillir 648 personnes mais ce sont aujourd’hui plus de 4000 migrants qui vivent là. Au-delà d’être entassés dans un camp totalement surpeuplé, favorisant au passage la contamination au virus en circulation, les réfugiés vivent dans des conditions de précarité extrêmes notamment par un accès à l’eau réduit et un toit peu enviable. De plus le matériel de logement est, au delà d’être indigne, composé de matériel très inflammable comme des toiles de tente, ce qui favorise grandement les possibilités d’incendie.

Cet incendie met une fois de plus en lumière la politique migratoire criminelle de l’Europe, qui fait déjà des milliers de morts en mer Méditerranée et qui de surcroît accorde un accueil sur le territoire très précaire. La fermeture des frontières et l’entassement des migrants dans des camps est un véritable scandale qu’il est nécessaire de dénoncer et de combattre. Et ce d’autant plus à l’heure où l’Union européenne, la France en tête de file, réfléchit à une fermeture accrue des frontières et des moyens d’expulsion facilités sous prétexte de lutte contre le terrorisme lors d’un sommet express. Face à ce durcissement aux frontières il faut faire front et demander à l’inverse l’ouverture des frontières contre les morts en Méditerranée, la réquisition des logements vides et la partage du temps de travail pour des conditions d’accueil dignes et le retrait des troupes impérialistes des pays d’Afrique et du Moyen-Orient !




Mots-clés

Migrants   /    Union Europénne   /    Réfugiés   /    Grèce   /    Monde