^

Politique

Unis face aux violences policières

Grenoble. Forte répression dans le quartier du Mistral après la mort d’Adam et Fatih

Dans la nuit de lundi à mardi, la colère n’est pas redescendue dans le quartier du Mistral à Grenoble, à la suite de la mort de deux jeunes du quartier, Adam Soli, 17 ans et Fathi, 19 ans, poursuivis par une voiture de la BAC sur l’autoroute.

mercredi 6 mars

Crédit photo : Etienne Bouy / PHOTOPQR / LE DAUPHINE / MAXPPP

Le 2 mars dernier, Adam et Fatih, du quartier du Mistral, à Grenoble, sont morts en scooter sur la route alors qu’ils étaient poursuivis par les forces de répression. La colère de leur quartier ne s’essouffle pas malgré une répression féroce, avec plusieurs interpellations chaque soir et déjà un habitant presque éborgné suite à un tir de LBD.

Alors que les médias dominants ne parlent que d’une « émeute », c’est la colère légitime des habitants d’un quartier qui enflamme Grenoble depuis deux nuits. La colère des quartiers populaires, harcelés par les contrôles policiers, condamnés à vivre dans des bâtiments souvent délabrés (rappelons l’effondrement de l’immeuble rue d’Aubagne, à Marseille) et dans une précarité extrême. C’est d’ailleurs pour cela qu’Assa Traoré, sœur d’Adama, a rappelé sur les réseaux sociaux, dans une publication sur la mort de ces deux jeunes : « sans justice vous n’aurez jamais la paix ».

La police tue, mutile et blesse. Ces violences policières ont été mises en lumière récemment, avec le mouvement des Gilets Jaunes durement réprimé. On voit des mains se faire arracher, parfois en direct, des yeux ensanglantés et des mâchoires fracturées à la suite de tirs de LBD ou d’explosions de grenade GLI F4.

Mais les quartiers populaires, eux, subissent cette violence depuis des décennies, bien avant que commence la mobilisation des Gilets Jaunes. Il est plus que nécessaire d’être solidaires contre cette violence d’État qui vise toujours les plus précaires. Gilets Jaunes, quartiers populaires, même combat contre la justice de classe et les violences policières.




Mots-clés

Jeunesse   /    impunité policière   /    Grenoble   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique