^

Société

Construire une grève populaire

Grève : Yvan Le Bolloc’h, Vikash Dhorasoo, ... Ces personnalités qui appellent à soutenir le mouvement

Dimanche dernier, une tribune signée par 48 intellectuels et célébrités est parue dans Mediapart en soutien aux grévistes. Face à l'intox du gouvernement, le soutien populaire à la grève ne faiblit pas.

samedi 28 décembre 2019

Crédits photos : © JLPPA/Bestimage

Un collectif composé d’intellectuels et de célébrités, qui avait soutenu la grève de 2018 contre la réforme de la SNCF, a signé ce dimanche une tribune dans Mediapart appelant à la solidarité de la population avec les grévistes de la RATP et de la SNCF. Parmi les 48 signataires, on retrouve notamment la comédienne et militante Corinne Masiero, l’humoriste Jean-Marie Bigard, les humoristes Shirley et Dino et le dessinateur Tardi.

"Pour gagner, soutenons les grévistes !"

Cette tribune, intitulée "Pour gagner, soutenons les grévistes !", exprime la solidarité de ces célébrités avec la grève, ces dernières ayant bien conscience que la SNCF et la RATP sont les deux secteurs clés de cette bataille engagée contre la réforme des retraites. Il est plus que nécessaire de les soutenir dans la mesure où ce sont eux qui instaurent le rapport de forces face au gouvernement, dans un contexte où la grève a du mal à s’étendre dans le secteur du privé et où la RATP et la SNCF sont perçues comme étant ceux qui se battent pour tout le monde. Ainsi, loin de toute logique corporatiste, les signataires écrivent : "nous sommes à nouveau aux côtés des grévistes de la RATP et de la SNCF. Ils défendent un de nos biens communs, un système de retraites qui, loin d’avoir été octroyé par les patrons, est le fruit des luttes de nos aînés".

Face à l’intox du gouvernement, le soutien populaire se maintient

Ayant d’abord pensé que l’opinion publique se retournerait contre les grévistes dès le début de la grève, le gouvernement a tout fait pour rendre cette dernière impopulaire quand il s’est rendu compte que la population soutenait en grande majorité le mouvement. C’est en ce sens qu’ils ont d’abord parlé de clause du grand-père, puis qu’ils ont tenté de diviser les différents secteurs, notamment la RATP et la SNCF de l’éducation, afin de pouvoir démontrer qu’il s’agissait d’une grève corporatiste. Mais face à ça, les grévistes ont répondu unanimement qu’ils ne se battaient pas que pour leur retraite, mais également pour celle de leur famille, de leurs enfants, de leurs voisins, contre un avenir de précarité, pour un avenir meilleur. La dernière trouvaille du gouvernement a été la trêve de Noël, qu’il a tenté d’imposer via un battage médiatique mais aussi les syndicats. A cette tentative de division, la base des grévistes a répondu par la détermination, notamment à Paris où ils se sont rassemblés devant la Maison de la RATP ce lundi 23 et ont manifesté ce jeudi 26.

Mais les grévistes de la SNCF et de la RATP ne s’en sortiront pas tous seuls et encore moins si l’opinion publique se retourne. C’est en ce sens qu’il est nécessaire, comme le montre bien la tribune, de contribuer aux caisses de grève et de faire preuve de solidarité avec les grévistes. "Le pouvoir a engagé un bras de fer" et face à ça, "il importe que le mouvement dur et s’amplifie".

Pour donner aux caisses de grève : https://www.revolutionpermanente.fr/Vous-soutenez-massivement-la-greve-versez-aux-caisses-de-greve-pour-nous-faire-gagner-toutes-et




Mots-clés

Caisse de grève   /    Grève décembre 2019   /    Grève   /    Société