^

Notre classe

Grève des éboueurs à Caen suite au suicide de leur collègue licencié pour avoir bu deux bières

Ce vendredi 19 juin, les éboueurs de l’entreprise Coved à Caen se mobilisent contre les licenciements ainsi que leurs conditions de travail. Après le licenciement de leur collègue qui a conduit à son suicide, ils ont décidé de se mettre en grève.

vendredi 19 juin

Crédits photo : Jacques Demarthon / AFP

Rappelons- le, vendredi 5 juin, un éboueur se donne la mort suite à son licenciement. À ce moment, nous écrivions : “Un éboueur en activité depuis plus de 26 dans l’entreprise COVED de traitement des déchets, s’est suicidé vendredi 5 juin, près de Caen. La veille, le travailleur avait reçu une lettre de licenciement motivée par un trop fort taux d’alcoolémie de 0,19g par litre de sang. En effet, cet homme et son collègue avaient accepté deux bières offertes par un client les remerciant d’avoir été présents pendant le confinement.”

Stefano Patry, travailleur pourtant essentiel et en première ligne pendant la crise sanitaire, a été remercié après ses services rendus à la société par une lettre de licenciement. En effet, le patronat, affaibli par la crise sanitaire et la crise économique, profite de ce genre de motif pour licencier en masse. À une période où les travailleurs sont affaiblis physiquement et mentalement, les licenciements et la violence patronale peuvent donner lieu à des événements dramatiques comme ce fut le cas pour ce Stefano Patry. Yannick Martin, responsable syndical CGT et collègue de Stefano Patry, explique qu’ "Avant de le licencier, ils auraient peut-être pu lui parler. Ce n’est pas normal". Pour ses collègues la mort de Stefano Patry a été un choc, dont ils peinent à se remettre : "C’est dur pour nous de perdre un collègue, c’est très dur" Un de ses collègues évoque d’autres suicides dans des entreprises de collecte d’ordures.

Mais les travailleurs ne restent pas muets face à ces injustices et à la répression plus forte que jamais du patronat. Nombre d’entre eux se sont mis en grève dans différents secteurs avec de nombreuses revendications adressées au gouvernement. Cela a été le cas des ouvriers de Renault, du personnel de santé lors de la manifestation du 16 juin et de tant d’autres. Après avoir déposé un préavis de grève pour ce vendredi 19 juin, à l’appel de l’intersyndicale CGT-CFDT, ce sont les salariés de l’entreprise Coved qui se sont mis en grève pour protester et rendre hommage à leur collègue. Plusieurs sites gérés par la société Coved Environnement ont été bloqués à Giberville et Pont-Levêque, empêchant la tournée des camions bennes. Après la mobilisation de ce vendredi, ils prévoient également un hommage à leur collègue. Ils dénoncent une politique autoritaire de la direction accompagnée de nombreux licenciements et démissions. Entre autres, un “management très dur” sans dialogue social. Mais aussi sur leurs conditions de travail, qui se dégradent : horaires extensibles, hygiène des locaux déplorable, temps de repos réduit... Ces mêmes travailleurs avaient déjà été en grève en 2017, sans aucun changement de la part de la direction.

Par ailleurs, les collègues de Stephano ont saisi l’inspection du travail et la famille de la victime souhaite porter plainte pour homicide involontaire. Le suicide de cet éboueur montre la violence dont fait preuve le patronat envers les travailleu.ses.rs ainsi que son manque de considération face aux héros et héroïnes de la crise sanitaire. Nous réclamons toujours justice pour ce travailleur.




Mots-clés

Crise économique   /    Crise sociale   /    Éboueurs   /    Grève   /    Licenciement(s)   /    Notre classe