^

Monde

Après sept semaines de grève

Grève des enseignants au Chili : « c’est une bataille contre l’héritage de Pinochet »

Voilà maintenant sept semaines que dure la grève des enseignants au Chili. Quels sont les objectifs du mouvement ? Quelles ont été les réponses du gouvernement chilien ? Rencontre avec Patricia Romo, présidente du syndicat des enseignants d’Antofagasta.

vendredi 19 juillet

Left Voice, l’homologue anglophone de Révolution Permanente, a rencontré Patricia Romo, présidente du syndicat des enseignants d’Antofagasta, au Chili. Enseignante en langues et communications, elle s’est impliquée dans la « révolte des bases » de 2014, lors de laquelle de nombreux enseignants ont interpellé la direction du Parti Communiste chilien au sujet de sa décision d’interrompre une grève alors même que les enseignants souhaitaient poursuivre la lutte. Par la suite, de nombreux leaders du mouvement ont été élus en tant que représentants régionaux, et Patricia elle-même a été choisie comme présidente du syndicat. Lors de ce mois de mai, les enseignants se sont de nouveau mis en grève.

Parlez-nous de l’organisation de la grève. Quelles sont vos revendications ?

La grève dure depuis sept semaines, et nous avons récemment voté pour la poursuivre. Plus de 65 000 enseignants sont en grève. Soixante-dix pourcent des écoles du pays sont en grève. Notre mouvement a commencé après une année et demi de discussions infructueuses avec le gouvernement. Lorsque ce dernier s’est retiré des discussions, nous nous sommes mis en grève 

Je vais vous citer quelques-unes de nos revendications. Pour les comprendre, il faut savoir qu’au Chili, les enseignants sont rémunérées d’une manière très compliquée : beaucoup d’entre nous ont du mal à comprendre le système, j’imagine que cela sera encore plus compliqué à comprendre pour des lecteurs originaires d’autres pays. Nous avons un salaire de base, auquel s’ajoutent des bonus attribués selon nos diplômes, notre ancienneté, etc.

Ceci explique l’une des revendications des professeurs en en maternelle et écoles spécialisées, qui sont à peine reconnus en tant qu’enseignants à part entière : eux touchent seulement le salaire de base, qui est bien trop bas pour assurer un niveau de vie correct. Les enseignants du primaire et du collège, touchent quant à eux un bonus car ils sont reconnus en tant qu’enseignants certifiés.

Il va sans dire que cet accord est profondément sexiste : 96 % des enseignants en école maternelle et école spécialisée sont des femmes, qui gagnent à peine assez pour vivre et ne sont même pas considérées comme de vraies enseignantes. Pourtant, elles représentent à elles seules 12 % des professeurs du pays. Le gouvernement a annoncé qu’il réfléchirait à la question l’année prochaine. Les enseignants revendiquent un salaire correct pour ces enseignants ainsi que la reconnaissance de leur travail, et ce immédiatement.

Une autre de nos revendications prend ses sources dans l’histoire de la dictature militaire d’Augusto Pinochet, soutenue par la CIA. Celle-ci a été un recul énorme pour les droits de travailleurs. Par exemple, en 1972 sous le gouvernement Allende, un enseignant gagnait 100$ par mois. Neuf ans plus tard, ils ne gagnaient plus que 28$. En 1981, la dictature a remis aux municipalités la direction de l’enseignement en promettant que ce changement permettrait aux professeurs de récupérer l’argent qu’ils avaient perdu. La plupart des enseignants n’ont pas vu un seul centime de cet argent. C’est une dette historique que le gouvernement chilien nous doit.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase fut une annonce de la part du gouvernement de droite du président Sebastián Piñera. Ce dernier a annoncé qu’au moins trois des matières centrales au lycées seraient désormais des options, parmi lesquelles l’histoire et l’éducation physique. Cela entraînera la disparition de milliers de postes d’enseignants et Piñera s’est montré intransigeant à ce sujet.

Comment les enseignants ont-ils accueilli la nouvelle, quel a été le rôle des syndicats ? Des enseignants ?

Les syndicats enseignants sont actuellement sous la direction du Frente Amplio, une conglomération assez large de partis neo-réformistes dont la plupart des leaders sont issus des franges combatives du mouvement étudiant. Ils sont arrivés à la direction à la suite d’une « rébellion par le bas », qui a réussi à ôter la direction du syndicat des mains du parti communiste. Le parti communiste chilien est connu pour avoir trahi le mouvement de grève des enseignants en 2014. La nouvelle direction, menée par Mario Aguilar, a généré dans la base l’attente d’une direction qui ne trahirait pas leurs aspirations. Cependant, pendant les deux premières années de la direction d’Aguilar, il s’est tenu à une politique pacifiste, se soumettant au calendrier du gouvernement. Il a attendu la fin de son mandat pour enfin appeler à la grève nationale qui avait été votée dans nos assemblées.

Les étudiants et les travailleurs d’autres secteurs se sont montrés solidaires de notre mouvement. Par exemple, les étudiants de Santiago se sont lancés dans des campagnes de solidarité. A Antofagasta, enseignants et mineurs ont manifesté ensemble dans la rue. Lors d’une grève dans les supermarchés, travailleurs et représentants du secteur se sont exprimés en faveur de notre grève.

Cependant, au niveau national, les syndicats ne se sont pas lancés dans la bataille aux cotés des professeurs. Alors même qu’ils sont soumis aux mêmes mesures austéritaires que nous, ni les syndicats de professeurs d’universités, ni ceux des étudiants lycéens, ni même les syndicats multi-sectoriels tels que la CUT n’ont tenté de s’unir pour lancer toutes leurs forces dans la bataille pour une grève générale contre les attaques du gouvernement.

Quelle a été la réponse du gouvernement, quelle est la situation actuelle ?

Le gouvernement Piñera s’est montré particulièrement intransigeant envers les professeurs. Il est absolument fermé aux revendications des enseignants, tout particulièrement à celles des professeurs de maternelles et des écoles spécialisées. Ces derniers font face à une politique de plus en plus répressive envers la jeunesse et à la criminalisation des étudiants, avec maintenant la loi « classe sûre », qui permet d’expulser un élève d’un établissement sans enquête préalable. C’est là une manière pour le gouvernement de criminaliser les étudiants de gauche et ainsi d’affaiblir les secteurs les plus combatifs du mouvement étudiant.

Ces dernières mesures ont dévoilé les côtés les plus aberrants de la politique répressive mise en place par Piñera. Juste avant le début de la grève, des policiers se sont violemment introduits dans des salles de classe à l’Institut National, l’école avec la tradition de lutte la plus marquée au Chili. Les étudiants manifestaient contre la loi « classe sûre ». En représailles, les policiers sont entrés dans des salles de classe et ont agressé des étudiants à coup de gaz lacrymogènes, puis détruit du mobilier scolaire alors que les professeurs étaient en plein cours ! Piñera et son gouvernement ont déclaré la guerre au enseignants grévistes, il fait le pari d’un pourrissement du mouvement alors même que son gouvernement est faible : 69 % d’avis défavorables dans les sondages, contre 23 % d’avis favorables.

Il vise également à briser la solidarité entre les secteurs et s’est lancé dans une campagne médiatique afin de discréditer les revendications des enseignants.

Comment le système d’éducation fonctionne-t-il au Chili ? En quoi les réformes récentes ont-elles empiré la situation ?

Afin d’imposer au Chili un modèle néolibéral, Pinochet a mis en place un système d’éducation basé sur le marché en privatisant l’école publique, entraînant l’accroissement du gouffre entre les classes sociales. Il y a maintenant trois types d’écoles : d’abord les publiques, qui appartiennent aux municipalités et à leurs entreprises d’éducation. Il y a ensuite les écoles privées, financés par des individus privés, et les écoles subventionnées, qui sont un mélange des deux autres.

Le gouvernement Bachelet, ainsi que celui de Piñera, n’ont fait qu’accroître l’influence du marché sur l’éducation, entraînant l’endettement d’une génération toute entière : l’éducation universitaire a également été privatisée à tel point que ses prix sont inaccessibles pour des étudiants issus de la classe ouvrière. Tout cela n’a fait qu’augmenter l’instabilité de l’emploi pour les enseignants.

Nous avons maintenant une génération toute entière d’enseignants qui ont lutté pour l’éducation toutes leurs vies. Quand nous étions lycéens, nous nous opposions à la privatisation de l’éducation et nous avons pris part à ce qui est aujourd’hui connu comme « la révolution des pingouins. ». Une fois à l’université, nous nous sommes battus pour l’éducation gratuite. Aujourd’hui encore, en tant qu’enseignants, nous nous battons pour l’enseignement public et pour de meilleurs conditions de travail. C’est une bataille contre l’héritage de la dictature de Pinochet, pour l’enseignement public, financé entièrement par l’Etat et non plus au service des capitalistes ni des entreprises mais sensible aux intérêts des travailleurs et du peuple.

En quoi est-il important de créer des liens entre ce mouvement et les autres, comme par exemple le mouvement des femmes, ou des travailleurs d’autres pays ?

Au cours de ces sept semaines de grève, les enseignants ont trouvé toutes sortes d’idées pour mettre leur combat sur le devant de la scène. Cependant, le gouvernement fait le pari d’un pourrissement du mouvement, il mise sur la fatigue. Face à l’intransigeance du ministre de l’éducation, nous devons redoubler de détermination. Pour y arriver, nous devons pouvoir compter sur d’autres secteurs qui traduiront leur solidarité dans les actes afin d’ajouter plus de forces de notre côté et de frapper le gouvernement d’une grève de la production, ce qui affecterait grandement le système. Pour cela, il est crucial que les organisations d’autres secteurs soient disponibles pour nous aider et tisser des liens. Par exemple, avec le mouvement des femmes. Plus de 70 % des enseignants syndiqués sont des femmes, qui pour la plupart doivent effectuer des double, voire triple journée de travail, et qui souffrent de tous types de discriminations durant leur maternité.

Que pouvons nous apprendre de votre lutte ?

Tout d’abord, que les enseignants se doivent de défendre l’éducation publique, mais par-dessus tout que ces revendications ne peuvent être portés uniquement par un syndicat seul, même si ce dernier est combatif et bénéficie des sympathies du grand public. Avec leurs forces, les professeurs doivent tisser des liens avec tous les autres secteurs de l’éducation, tout particulièrement avec les étudiants et les travailleurs de l’éducation. Enfin, que l’éducation est un droit pour tous les travailleurs, et que le combat pour l’obtenir requiert une bataille acharnée avec des forces énormes. Sans le soutien des étudiants et des travailleurs, les enseignants ne peuvent pas l’emporter. Laisser Piñera écraser la grève des enseignants, ce serait la porte ouverte à toutes les autres réformes que ce gouvernement de droite veut mettre en place, comme la réforme du code du travail ou celle des impôts. Chercher l’unité, l’articulation d’une force plus large, c’est faire le pari d’une victoire des enseignants. Et si eux gagnent, nous gagnons tous !




Mots-clés

Chili   /    Grève   /    Education   /    Monde