^

Politique

"Noël noir" ?

Grève des transports : gares vides et trains fantômes pour Noël

A l’opposé des discours du gouvernement et des médias dominants concernant la baisse des taux de grévistes, ce 25 décembre aura été une journée noire. Au delà d’être une journée de fêtes, il s’agit d’une date de mobilisation importante pour les agents de la RATP et les cheminots !

mercredi 25 décembre 2019

 Crédit photo : JOEL SAGET / AFP 

La trêve de Noël, appelée de tous leurs vœux par le gouvernement et ses médias, n’est objectivement pas effective à la RATP et chez les cheminots. Les médias pointent chaque jour les taux de grévistes "en baisse", autour de "9% et quelques" - un soi-disant « ralentissement » du mouvement de grève. Pourtant, il suffit de regarder d’un peu plus près le trafic ferroviaire pour voir une réalité toute autre.

Si l’on regarde sur les quais de gare et les arrêts de métro, l’on remarque vite que très peu de trains et de métros circulent. A Paris, Noël signifie pour les agents de la RATP une journée de forte mobilisation, puisque seules les lignes 1 et 14 fonctionnent (du fait qu’elles soient automatisées) et les lignes 2, 3, 3bis, 4, 5, 6, 7, 7bis, 8, 9, 10, 11, 12 et 13 sont totalement à l’arrêt ! 

Du côté de la SNCF, peu de trains circulent aujourd’hui en France. En moyenne, 1 TGV sur 5 et 3 TER sur 10 étaient en circulation ce mercredi 25 décembre. La région Occitanie semble fortement paralysée avec seulement 1 train sur 10 ! Ces chiffres montrent une hausse de la mobilisation des cheminots en ce jour de Noël, des chiffres supérieurs à ceux que l’on a pu observer durant la semaine. C’était donc un Noël militant pour les grévistes et tous ceux qui ne font pas de trêve. [Une manifestation est d’ailleurs appelée par les grévistes de la RATP et de la SNCF à Paris ce jeudi 26)>https://www.revolutionpermanente.fr/Semaine-noire-les-grevistes-RATP-SNCF-appellent-a-une-manif-auto-organisee-jeudi-26].

Il faut également mentionner les raffineries en grève, dont 2 sont à l’arrêt total, causant des pénuries d’essence dans certaines stations.

Macron et son gouvernement espéraient de tout cœur que le mouvement contre la réforme des retraites prenne fin à l’arrivée des fêtes. Ainsi, politiciens et médias dominants s’appuyaient en choeur sur la rhétorique de la « prise d’otage » des usagers. Par ailleurs, une large partie des usagers soutiennent le mouvement de grève malgré la gêne occasionnée malgré les gesticulations de Macron, dont la dernière en date : la publication de « cas-types » de salariés touchés par la réforme, dont il s’est avéré que les calculs étaient biaisés en faveur de la réforme Ainsi, les usagers sont nombreux à penser qu’un noël sacrifié vaut toujours mieux qu’une vie et une retraite de précarité. 

Face à la démagogie du gouvernement et des médias, qui tentent de tarir le conflit en invoquant perpétuellement une « baisse du taux de grévistes », « une mobilisation en berne », etc., les grévistes ont montré leur détermination en faisant de ce 25 décembre une journée noire au milieu d’une semaine noire. Quoiqu’en pensent les promoteurs de cette réforme, la trêve de Noël n’a pas lieu et le combat doit continuer, jusqu’au retrait de cette réforme et une victoire contre Macron et son monde, ce qui serait le plus beau cadeau que l’on puisse faire à nos enfants !




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Grève décembre 2019   /    Réforme des retraites   /    Cheminot-e-s   /    RATP   /    SNCF   /    Politique