^

Politique

Du mauvais côté de la barricade

Grévistes « manipulés ». Escure, patron de l’UNSA et...nouveau bras droit de Macron ?

Trahir ouvertement le mouvement ne suffit visiblement pas à Laurent Escure. Sur BFM ce 14 janvier, le secrétaire général de l'UNSA entre ouvertement en croisade contre le mouvement, jugeant que les grévistes sont « manipulés ».

mardi 14 janvier

Il n’aura fallu qu’une fausse reculade du gouvernement pour que Berger et Escure accourent à la table des négociations. Une première trahison qui en a appelé d’autres. Ainsi, les secrétaires généraux de la CFDT et de l’UNSA se sont montré ouvert à la négociation pour amputer les retraites de 12 milliards !

Pas suffisant pour Laurent Escure, qui a été contredit en interne notamment par l’UNSA RATP Pôle Traction qui a réaffirmé que les salariés RATP étaient bien pour le retrait pur et simple de la réforme. Après sa trahison, le secrétaire général de l’UNSA en rajoute une couche en lançant une contre-offensive contre le mouvement de grève reconduits par la plupart à la base, y compris par les syndiqués UNSA RATP, sur BFM ce 14 janvier

S’appuyant sur la propagande médiatique, Escure estime qu’il y a une « reprise progressive » à la RATP car « les avancées obtenues sont connues par les agents petit à petit » et de poursuivre : « Nous, à l’UNSA, on avait analysé (que) la détermination du gouvernement, adossée à ce qu’on voyait dans les enquêtes d’opinion, faisait que dans le moment stratégique, la ligne qui était la nôtre était une ligne de travailler sur des compromis, sur des avancées, des compensations, des garanties, des moindres recul ». Une vision qui contraste avec la réalité du terrain, la détermination des grévistes, du maintien des piquets et de la poursuite de la grève à la base de la RATP, depuis plus de 40 jours. Une situation qui amène Escure à affirmer que la CGT, FO ou encore Jean-Luc Mélenchon avaient « manipulés » les travailleurs et que ces derniers « commencent à s’en rendre compte ». Pire, Escure cherche à s’appuyer sur les difficultés d’extension de grève au privé pour chercher à démoraliser le cœur du mouvement.

En d’autres terme, après les trahisons, Laurent Escure se place en première ligne contre le mouvement, du côté de Macron et du gouvernement contre la contestation sociale. A ce titre, la position de désaveu de l’UNSA RATP et de sections de l’UNSA Ferroviaire sont capitale contre les positions venues d’en haut.




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    UNSA   /    Politique