^

Monde

Guadeloupe

Guadeloupe : un policier à la retraite tire trois balles sur un jeune à Basse Terre

Ce mardi, un policier à la retraite a tiré trois fois sans sommation sur un jeune devant le tribunal de Basse-Terre en Guadeloupe. Le jeune homme avait une arme blanche mais les versions se contredisent et des témoins dénoncent les tirs du policier.

jeudi 17 février

Cet événement apparaît dans un contexte qui est encore assez obscur et qui se contredit selon les sources. En effet, l’homme aurait été en possession d’une arme blanche (sabre pour certains, simple couteau pour d’autres) et c’est donc à ce moment que le policier retraité, qui aurait fait sa carrière dans les STUPS de Marseille selon un article de Franceinfo, aurait tiré à trois reprises, sans sommation sur le jeune homme.

Dans un message audio que s’est procuré Révolution Permanente, une témoin qui a assisté à la scène raconte que la policer aurait bien tiré sans sommation, visant directement et volontairement les zones vitales du jeune homme qui devait avoir entre 25 et 30 ans selon les différentes sources. Elle explique ainsi : « On lui a donné trois balles, direct. » Elle ajoute : « la police déconne, pourquoi c’est directement dans l’estomac de la personne qu’ils ont besoin de tirer. C’est un petit jeune, tirer dans sa jambe, dans son bras, je ne sais pas pourquoi ils font ça. » Plusieurs vidéos circulent sur les réseaux, montrant un homme à terre ensanglanté.

Si les faits restent encore flous, l’émotion suscitée par cet évènement s’explique par les violence commises régulièrement par la police française, dans l’hexagone comme dans les territoires colonisés. En décembre 2020, Claude Jean-Pierre perdait ainsi la vie après un contrôle de gendarmerie. Plus récemment, le gouvernement français envoyait le RAID et le GIGN ainsi que 200 policiers et gendarmes réprimer les manifestations contre le pass sanitaire. Des vidéos avaient ainsi montré les violences exercées par la police sur la population, à l’image de ce manifestant tabassé à terre.



Mots-clés

Guadeloupe   /    Police   /    Violences policières   /    Monde