^

Politique

Justice pour Adama et George !

Historique ! 40 000 manifestants à Paris contre les violences policières

Plus d'une semaine après la mort de George Floyd aux Etats-Unis, un rassemblement à l'initiative du comité Vérité pour Adama était appelé à Paris. Une manifestation historique, émaillée par de nombreuses violences policières, qui a réuni 40 000 personnes.

mercredi 3 juin

Ce mardi dès 18h30, des milliers de personnes ont afflué pour se rendre au rassemblement appelé quelques jours auparavant par le collectif Vérité pour Adama, en écho aux révoltes qui ont éclaté aux Etats-Unis après le meurtre de George Floyd, étouffé par un policier, mais également suite à la communication des résultats d’une nouvelle expertise médicale raciste et mensongère, destinée une fois de plus à disculper les agents de polices coupables de la mort d’Adama Traoré, mort il y a quatre ans dans un commissariat. 

Pour dénoncer le racisme et les violences policières, ils sont ainsi 40 000 à s’être déplacés devant le Tribunal de Paris, comme l’a rapporté Assa Traoré sur France Info, après deux mois de confinement marqués par une répression qui s’est particulièrement abattue sur les habitants des quartiers populaires, déjà touchés par des services publics de santé dégradés avec des taux de mortalité supérieurs à la moyenne, tout en étant souvent travailleurs en premières lignes lors du confinement. C’est cet acharnement que la chanteuse Camélia Jordana avait dénoncé la semaine dernière sur le plateau d’On n’est pas couché, ouvrant la voie à de nombreux soutiens et témoignages sur les réseaux sociaux : « Je parle des hommes et des femmes en banlieue qui vont travailler tous les matins et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau ».

Quelques heures avant la manifestation, Didier Lallement, préfet de Paris, avait donné le ton en interdisant purement et simplement le rassemblement. Une forme explicite de mise en garde justifiant à l’avance des violences policières lors de la manifestation. Un sentiment renforcé lorsque l’on voit l’arsenal répressif déployé quelques minutes avant le début du rassemblement.

Ce contexte répressif n’a pourtant pas endigué la colère et la détermination des manifestants, avec la jeunesse en première ligne, pour brandir haut et fort des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Je veux respirer », « Nos vies comptent », « Le racisme nous étouffe », « Pas de justice, pas de paix ! » Comme l’explique Florian, que nous avons interrogé lors de la manifestation, « nos vies ne comptent pas (...) et les crimes restent impunis. Ils tirent sur nous comme sur un lapin. Ça dure depuis trop longtemps ». Même son de cloche pour Latifa, qui rappelle que « Adama a été tué par les gendarmes, y a pas de" mais" ni de virgules à mettre »

 

Dans sa prise de parole, Assa Traoré a insisté sur le fait que « ce qui se passe aux Etats-Unis, a mis aujourd’hui en lumière ce qui se passe en France » concernant les violences policières et le racisme d’Etat, qui transparaissait sans nuance dans cette dernière expertise qui parlait de « sujets de race noire ». Ce combat, qui trouve une nouvelle exposition médiatique en écho avec les révoltes spectaculaires aux Etats-Unis, n’est pas propre à un pays en particulier, et ne saurait avoir de frontières : « Aujourd’hui quand on se bat pour Georges Floyd aux Etats-Unis qui est notre frère, on se bat pour Adama ». Car si la plus grande part des médias prend aujourd’hui le parti des manifestants américains, ils continuent d’occulter les violences qui se perpétuent en France, dans ses quartiers, ou dans ses colonies.

A l’issue du rassemblement, une manifestation est partie dans le calme pour continuer à demander « Justice ! » qui se déroulait dans le calme, la police a alors lancé les hostilités à différents endroits, tirant des gazs lacrymogènes et procédant à plusieurs charges contre la foule pour tenter de disperser la foule calme mais déterminée. Des manifestants racontent avoir reçu des gazs alors qu’ils tentaient de se réfugier dans une bouche de métro. Des affrontements ont ensuite eu lieu au niveau de la Porte de Clichy, et se sont soldés par 18 interpellations.

Une semaine après le meurtre de George Floyd, suite à cette nouvelle expertise raciste et mensongère concernant la mort d’Adama, ce rassemblement massif, marqué par la présence de nombreux jeunes et de personnalités, marque une étape importante pour lever le voile sur le caractère profondément raciste et répressif de l’Etat impérialiste français. Après la très forte mobilisation lors de la marche des solidarités ce samedi 30 mai, où 10 000 personne avaient bravé l’interdiction de manifester, cette mobilisation historique contre les violences policières à Paris s’inscrit dans la multiplication des rassemblements à l’échelle internationale. Plus que jamais, réclamons justice et vérité pour George et Adama !




Mots-clés

#JusticeForGeorgeFloyd   /    Répression policière   /    Police   /    Comité Vérité pour Adama   /    impunité policière   /    Manifestation   /    Adama Traoré   /    Paris   /    Racisme   /    Violences policières   /    Politique