^

Notre classe

Réforme des retraites

Hôpitaux : le Collectif Inter-Urgences appelle à rejoindre le 5 décembre

Suite aux annonces de plan d'urgence du gouvernement qui tente de déminer la crise qu'il y a depuis désormais mars dans l'hôpital public, le Collectif Inter-Urgences publie un communiqué pour appeler à rejoindre la mobilisation à partir du 5 décembre pour "coaguler" toutes les forces contre l'ensemble des politiques d'austérité.

samedi 30 novembre 2019

Le gouvernement tente des mesures cosmétiques pour calmer la crise qui s’est ouverte il y a 9 mois dans les hôpitaux

Lors d’une conférence de presse organisée le 20 novembre, sur le plan d’urgence pour les hôpitaux, Agnès Buzyn, ministre de la Santé a annoncé différentes mesures pour répondre à la crise ouverte dans les hôpitaux où plusieurs services sont en grève depuis quelques mois pour revendiquer plus de moyens pour ce service public. C’est un énième "plan de sauvetage" que dessine le gouvernement, avec des mesures telles que des primes annuelles de 800 euros promises aux secteurs des aides-soignants et infirmiers vivant en Île-de-France, où la ministre évoque un "risque d’effondrement" des hôpitaux parisiens. Les autres mesures annoncées s’illustreraient entre autres par une rallonge budgétaire d’1,5 milliard d’euros et reprise de 10 milliards d’euros de dette étalés sur trois ans, ainsi que diverses primes à certains services : le gouvernement espère que ces multiples mesures seront suffisantes pour répondre à la grève inédite des urgences débutée en mars et qui s’est étendue à l’ensemble des autres services, comme on a pu en voir la démonstration le 14 novembre où urgentistes, manips radios, étudiants en médecine, cadres ou encore du service du bloc sans être exhaustifs ont tous répondu présents à l’appel.

Le Tour de France d’Agnès Buzyn, celui de la casse du service public de la santé !

Dans un communiqué sorti ce vendredi 29 novembre, le Collectif Inter-Urgences répond aux annonces du gouvernement. "Après 9 mois de grève la nôtre aurait-elle enfin porté ses fruits ?" questionne le CIU : pour Agnès Buzyn, la préoccupation principale posée aujourd’hui à l’ordre du jour est la nécessité de "pédagogie" pour permettre aux hospitaliers de comprendre son plan d’urgence ; ainsi elle annonce son "tour de France des hôpitaux" après le vote du budget de la Sécurité sociale pour 2020. Un "tour des hôpitaux" que le CIU détourne pour faire part de la situation dramatique qui a lieu dans le service public de la santé : il cite Épinal (88) dans la nuit du 25 au 26 novembre, où la totalité de l’équipe de nuit est en arrêt maladie tellement elle est à bout, conséquence qui découle directement du manque de personnel et de moyens, qui a entraîné des résultats dramatiques dans les prises en charge des patients. Nantes est cité aussi, où, dans la nuit du 26 au 27 novembre, 100 patients attendaient alors que le CHU ne disposait d’aucun lit disponible pour les besoins d’hospitalisation. Les services sont saturés, entraînant un réel calvaire pour les soignants comme pour les usagers. Des exemples sur une liste qui n’en finit plus d’être rallongée par des énormes difficultés rencontrées par les hospitaliers qui sont sous pression du manque de personnel, qui ont des répercussions dramatiques sur la prise en charge des patients.

Le communiqué évoque également la saison hivernale qui vient, accompagnée de ses traditionnelles épidémies et qui se traduisent donc par une sur-fréquentation des hôpitaux, où les équipes sont déjà "en tension, soumises à des plannings intenables suite à de nombreux départs et au non remplacement de ceux-ci." : une situation infernale est laissée à présager pour le personnel qui crie déjà depuis plusieurs mois maintenant être au bout du bout du rouleau.

Face à l’urgence, le Collectif Inter-Urgences a voté l’appel à rejoindre le 5 décembre !

Que cela soit dans les médias comme dans les déclarations des différents responsables politiques, la date du 5 décembre est source d’inquiétude pour les classes dominantes. À la veille du jour J, le gouvernement cherche à déminer la dynamique de convergence qui s’est progressivement mise en place contre la réforme des retraites. Dans son communiqué, le CIU déclare qu’il a voté pour rejoindre le 5 Décembre, affirmant la nécessité d’organiser un mouvement d’ensemble non seulement contre cette réforme qui concerne toutes et tous, mais aussi de "coaguler" l’ensemble de nos forces pour lutter contre les politiques d’austérité des gouvernements successifs qui dégradent toujours plus les services publics, que ce soit dans l’enseignement, la santé ou encore les transports, les restreignant à des régimes diététiques de budgets misérables, derrière des discours justifiant ces coupes budgétaires par les dettes de ces services et leur non-rentabilité. À l’instar de secteurs qui s’appuient sur le 5 pour lancer une contre-offensive face à l’attaque historique qu’est la réforme des retraites, les hospitaliers peuvent jouer un rôle déterminant, de par la lutte qu’ils mènent depuis désormais neuf mois dans certains services comme celui des urgences, en faisant de ce rendez-vous donné le 5 Décembre une bataille où l’enjeu n’est pas seulement les retraites mais bien l’avenir de la majorité de la population qui est précarisée sans cesse plus avec les attaques successives d’austérité, comme avec la casse de l’hôpital public, pour satisfaire l’appétit de multiplication de profits de quelques uns.

Nous appelons donc l’ensemble des soignants à se joindre à nous et se réunir au sein de la manifestation interprofessionnelle du 05/12/19 aux cotés des autres services publics mobilisés. Au delà de la question des retraites, qui nous concerne toutes et tous, il s’agit aussi de se rassembler pour faire face aux politiques mortifères issues de la même logique de destruction de nos biens communs."

Nous relayons ci-dessous leur communiqué de presse

Crédit photo : Aurore MESENGE / AFP




Mots-clés

5 décembre   /    Hôpitaux   /    Inter-Urgences   /    Urgences   /    Casse de l’hôpital   /    Notre classe