^

Politique

Guerre en Ukraine

Hypocrisie : Philippe organise une cérémonie pour les réfugiés Ukrainiens au Havre

Ce jeudi, une cérémonie d’accueil des réfugié.e.s ukrainien.ne.s était organisée par l'ex-premier ministre Edouard-Philippe. « La solidarité est indispensable » déclarait ainsi le maire du Havre, alors même que les OQTF se multiplie depuis le début de sa mandature.

lundi 2 mai

Crédit photo : AFP

Ce jeudi 28 avril, des réfugiés ukrainiens étaient appelé à se rassembler à la mairie du Havre pour une cérémonie d’accueil, à l’initiative d’Edouard-Philippe, ex-premier ministre et maire de la ville. Il déclarait à l’occasion qu’« au Havre, on se souvient que lorsque la guerre frappe, la solidarité est indispensable », se vantant d’avoir accueilli, depuis fin mars, 206 ukrainiens dont 65 enfants. Difficile de ne pas voir l’hypocrisie du discours d’Edouard-Philippe au regard de l’explosion du nombre d’Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) au Havre depuis quelques années – ce qui n’a pas suscité une réaction similaire de sa part.

Une « générosité » à double vitesse donc, qui s’inscrit dans la droite lignée du gouvernement qui opère un tri raciste aux frontières en appliquant la « protection temporaire » aux réfugiés de nationalité ukrainienne seulement, laissant de nombreux réfugiés du conflit ukrainien sans solution, et sous la menace d’une expulsion à court terme. Une situation que dénonce les militants locaux, à l’instar de Chantal Nguyen, bénévole au sein de l’AHSETI (Association Havraise de Solidarité et d’Echange avec Tous.tes les Immigré.e.s), qui déclarait déjà en juillet 2021 que « de 160 OQTF environ pour l’année 2019 sur l’arrondissement du Havre, nous en comptons déjà 271 émises depuis début 2021, au 8 juillet. Soit plus de 45 par mois. Si on continue sur ce rythme, on sera à plus de 600 à la fin de l’année ». Dans ce sens, le 11 mars dernier, une cinquantaine de sans-papiers, soutenus par l’AHSETI, manifestaient dans les rues du Havre pour dénoncer le durcissement de l’accès à la régularisation.

Malgré ce constat affligeant, le maire du Havre n’a pas manqué cette occasion pour tenter de dissimuler sa rapport habituellement répressif à la question migratoire. Un traitement qui n’est que le reflet du tri raciste plus global du gouvernement envers les étrangers, à l’image de la loi asile et immigration votée en 2018, pendant qu’Édouard Philippe était premier ministre. Ce bilan raciste et réactionnaire, c’est celui du gouvernement Macron, dont Edouard Philippe et son nouveau parti « Horizon » sont de fervents soutiens, en montrant, par ailleurs, une volonté « d’élargir vers la droite la base électorale d’Emmanuel Macron ».

Et Macron compte bien entamer son deuxième quinquennat à l’image du premier. Cette politique répressive est, en effet, clairement assumée et revendiquée par le président qui, durant l’entre deux tours, affirmait vouloir « accélérer les procédures » et « reconduire [les clandestins] dans leur pays d’origine beaucoup plus rapidement  ». Une ligne politique qui annonce un quinquennat toujours plus répressif et discriminatoire envers les personnes qui fuient la guerre et la misère.

Face à ce tri raciste, il est essentiel de démasquer le discours hypocrite du maire du Havre qui s’inscrit dans la droite lignée du gouvernement Macron, et de revendiquer l’accueil et la régularisation de toutes et tous les réfugiés venant d’Ukraine sans distinction de nationalité. Face au racisme structurel de l’État français, exigeons la fin des OQTF et l’ouverture des frontières !



Mots-clés

Guerre en Ukraine   /    Migrants   /    Édouard Philippe   /    Réfugiés   /    Politique