^

Notre classe

Pour un Parti Révolutionnaire des Travailleurs !

"Il est urgent de construire une organisation avec la nouvelle génération ouvrière" Laura, cheminote

« Les femmes ouvrières se font agresser mais elles n’ont pas le droit à leur #MeToo​, les directions sont complices et les grands médias n’en parlent même pas ». Laura, 35 ans, cheminote à la SNCF depuis 2016 revient sur son expérience militante avec le NPA - Révolution Permanente, depuis son arrivée en France en 2010, après avoir connu une grève pour des conditions de travail en Argentine.

mardi 4 mai

Elle revient notamment sur l’emblématique grève victorieuse des travailleuses et des travailleurs de ONET de fin 2017 dans laquelle le NPA - Révolution Permanente a fait ses armes, tissant des liens entre ce combat social pour les conditions de travail et le mouvement féministe. « Nous avons la responsabilité de montrer que la classe ouvrière peut s’emparer des questions féministes, elle peut lutter contre les violences sexistes et sexuelles dans le cadre du travail. C’est justement ce que montre le combat de Rozenn ou alors celui de Ahmed. » explique-t-elle.

Du mouvement contre la loi travail de 2016 à la lutte contre la réforme des retraites de l’hiver 2019-2020, elle dresse un historique des derniers mouvements en France et de l’intervention du NPA - Révolution Permanente. Dans chacune de ces luttes, différents secteurs des travailleurs ont relevé la tête. Ce sont eux qui doivent aujourd’hui s’organiser politiquement. « C’est le débat qu’on essaye de mener au sein du NPA depuis plusieurs années. Aujourd’hui on a proposé au sein du parti la pré candidature d’Anasse Kazib pour incarner le projet d’un parti révolutionnaire de travailleurs qu’on veut proposer à toute cette nouvelle génération qui relève la tête. Il y a urgence à construire une organisation révolutionnaire à la hauteur des attaques que le grand patronat et les gouvernements à leur service nous promettent » conclue-t-elle.