×

Solidarité ouvrière

« Il ne faut pas qu’ils lâchent » : Les grévistes de Sabena soutiennent la lutte des ouvriers de Total

Depuis le 6 octobre, les ouvriers de Sabena Technics, sous-traitant aéronautique à Toulouse, sont en grève pour de meilleures conditions de travail et des augmentations salariales. Pour leur deuxième jour de grève, ils ont apporté leur soutien aux grévistes de Total.

Julian Vadis

7 octobre 2022

Facebook Twitter

Depuis maintenant trois semaines, les raffineurs ont engagé le combat pour des augmentations salariales face à l’inflation. Si le silence médiatique a été assourdissant lors de ce début du mouvement, le phénomène de pénurie de carburant qui commence à toucher l’Hexagone pourrait changer la donne dans les prochains jours. Et il y a fort à parier que, si la grève des raffineurs percent le black-out médiatique, les discours anti-grève pourrait se multiplier dans les médias.

Il apparaît donc comme nécessaire à ce que la solidarité ouvrière s’exprime, dès à présent, haut et fort. A Toulouse, les salariés de Sabena, qui sont entrés en grève ce 6 octobre, ont tenu à afficher leur solidarité pleine et entière. « L’inflation est énorme, mais nos salaires n’augmentent pas. Tout le monde devrait se battre pour que les salaires suivent. On soutient les grévistes de Total, il ne faut pas qu’ils lâchent ! » expliquent-ils.

Un message clair et une prise de position importante des salariés de Sabena, affichant leur solidarité au-delà des frontières corporatistes, qui est un exemple à suivre dans la situation. Alors que l’inflation, déjà haute, devrait selon toute vraissemblance continuer à grimper, les premières luttes qui éclatent permettent d’ouvrir une alternative au monde de misère que nous promettent Macron, son gouvernement et le patronat à longueur de journée. L’expression de solidarité comme celle des ouvriers en grève de Sabena sont en ce sens un premier pas pour viser à chercher à unifier les luttes, pour un plan de bataille commun face à la crise, et à encourager d’autres secteurs à entrer dans la bataille.


Facebook Twitter
Grève pour les salaires à Disney : face à la mobilisation massive, la direction menace les grévistes

Grève pour les salaires à Disney : face à la mobilisation massive, la direction menace les grévistes

« Avec la grève, on a pris conscience de notre force » : portrait de Manon, gréviste de Vertbaudet

« Avec la grève, on a pris conscience de notre force » : portrait de Manon, gréviste de Vertbaudet

Vertbaudet. La CGT veut « nationaliser le conflit » : à quand une mobilisation nationale pour les salaires ?

Vertbaudet. La CGT veut « nationaliser le conflit » : à quand une mobilisation nationale pour les salaires ?


Tisséo. Combien gagnent les dirigeants et élus qui taxent les salariés de « privilégiés » ?

Tisséo. Combien gagnent les dirigeants et élus qui taxent les salariés de « privilégiés » ?

4 jours de grève pour les salaires dans les transports toulousains : les Tisséo durcissent le mouvement

4 jours de grève pour les salaires dans les transports toulousains : les Tisséo durcissent le mouvement

Laroche. Débrayages pour les salaires « Si ça ne bouge pas, on part sur des journées complètes »

Laroche. Débrayages pour les salaires « Si ça ne bouge pas, on part sur des journées complètes »

Bordeaux. Après 36 heures de garde-à-vue, 3 énergéticiens libérés et 2 déférés au tribunal

Bordeaux. Après 36 heures de garde-à-vue, 3 énergéticiens libérés et 2 déférés au tribunal

Répression des 5 energéticiens à Bordeaux : « s'ils ne lâchent pas nos camarades, samedi on sera 15 000 ! »

Répression des 5 energéticiens à Bordeaux : « s’ils ne lâchent pas nos camarades, samedi on sera 15 000 ! »