×

Mouvement ouvrier

Il y a 3 ans, la bataille des retraites commençait sous l’impulsion des travailleurs de la RATP

Le 5 décembre 2019, la grève reconductible contre la réforme des retraites démarrait. Aux avant-postes de cette lutte, les travailleurs des transports franciliens, entraînant derrière eux de nombreux secteurs.

Paul Morao

5 décembre 2022

Facebook Twitter

Crédits photo : O Phil des Contrastes

Le 5 décembre 2019, la grande grève contre la réforme des retraites démarrait. Cette mobilisation très importante, quelque peu effacée de nos mémoires par l’arrivée de la pandémie quelques mois plus tard, aura été décisive pour que la réforme du gouvernement soit finalement retirée. Un exemple pour les mois à venir.

Une date imposée par en bas par les travailleurs de la RATP

A l’époque, l’originalité de ce combat, inscrit dans une longue histoire de mouvements contre des réformes des retraites en France, réside dans le rôle joué par les travailleurs de la RATP. Mobilisés le 13 septembre, leur grève paralyse la capitale, et le slogan qui s’impose est clair : « en décembre, illimité ! » Une détermination qui va imposer à l’intersyndicale RATP la date du 5 décembre.

Celle-ci va être progressivement rejoint par de nombreux secteurs, d’abord les cheminots de SUD Rail, puis les fédérations CGT de la chimie, l’enseignement, la fonction publique, l’énergie, le rail, mais également les étudiants de nombreuses universités, et de nombreuses boîtes du privé. De quoi faire du 5 décembre une échéance incontournable, obligeant les directions confédérales à appeler à une « première journée de grève interpro » sans s’aventurer sur le terrain de la reconduction.

En coulisse, de nombreux travailleurs vont contribuer à faire de cette échéance une réussite tout au long de cette longue période de préparation. En Ile-de-France, c’est le cas de toutes celles et ceux qui prennent part aux Rencontres RATP-SNCF, qui réunissent cheminots, travailleurs de la RATP mais aussi professeurs, pour préparer le mouvement. De nombreuses actions sont menées : tractages, tournées communes, et même des heures d’informations syndicales interprofessionnelles dans des établissements scolaires.

Une première journée massive malgré l’offensive de Macron

Le jour J, la mobilisation est massive : sept raffineries sur huit sont en grève, l’éducation nationale connaît une mobilisation record, les transports franciliens sont paralysés. Au total, ce sont plus de 1,5 million de manifestants qui sont dans la rue dans tout le pays d’après la CGT. Parmi eux des milliers de travailleurs du public comme du privé, d’étudiants, de Gilets jaunes.

Face à eux, un dispositif policier très important, calqué sur celui du « 8 décembre 2018 » contre le mouvement des Gilets jaunes. Des manifestants sont réprimés, parfois violemment et, à Paris, la BRAV disperse la manifestation. Pas de quoi entamer la détermination cependant, alors que les pompiers mobilisés s’illustrent en brisant la nasse autour du cortège de tête.

La journée va ainsi signer le départ d’un mouvement puissant. Pendant plus de 3 mois, celui-ci va être tiré par le secteur des transports, à l’avant-garde de la mobilisation. A ses côtés, de nombreux secteurs prennent part au combat, sans qu’une vraie généralisation en reconductible ait lieu du fait de la stratégie des bureaucraties syndicales.

Une stratégie contre laquelle les travailleurs de la Coordination RATP-SNCF vont s’organiser, en défendant un programme offensif sur le terrain des retraites, en mettant en place des actions, en s’opposant à la trêve de Noël et en travaillant à l’extension du mouvement. Une démarche dont il faudra s’inspirer pour préparer la bataille de janvier contre la réforme du gouvernement !


Facebook Twitter
SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

Toulouse. Marche blanche en mémoire d'Adrien, employé de l'ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Toulouse. Marche blanche en mémoire d’Adrien, employé de l’ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Chambéry. Les parents d'élèves rejoignent la mobilisation en soutien à une enseignante

Chambéry. Les parents d’élèves rejoignent la mobilisation en soutien à une enseignante