^

Notre classe

Grève dans le nettoyage

« Ils nous considèrent comme des matricules » : les travailleuses du nettoyage de l’ARS PACA en grève

Malgré les tentatives d’intimidation du sous-traitant Laser Propreté les travailleuses du nettoyage de l’ARS PACA sont toujours en grève et ce depuis déjà 4 semaines. Retour sur une grève emblématique du secteur du nettoyage.

lundi 2 mai

Mardi dernier, cela faisait officiellement 4 semaines que les 7 travailleurs du nettoyage de l’agence régionale de santé (ARS) PACA à Marseille, soutenus par la CNT-SO, sont en grève. Le conflit à démarré grève suite au changement de sous-traitant, au profit de l’entreprise Laser Propreté. Dès sa prise du marché attribué par l’UGAP (union des groupements d’achat publics), l’entreprise a décidé de muter une partie des salariés sur un autre site, augmentant ainsi les cadences pour ceux restants. Là où une personne faisait autrefois le ménage d’un seul étage, elle doit désormais faire aussi la moitié de l’étage du dessus, et ce pour le même salaire. Une dégradation de leurs conditions de travail que certaines salariées, présentes sur le site depuis parfois plus de 20 ans, n’entendent pas accepter.

« Avant on était 8 aujourd’hui on est 7, depuis 3 ont été menacé de mutation. On se bat juste pour faire le même travail qu’avant pour la même durée de travail et pour le même salaire, simplement aujourd’hui Laser veut faire des économies sur la masses salariales. » explique Hamid syndicaliste CNT-SO, plus de 10 ans sur le site. Ces méthodes de casse sociale sont assez symptomatiques du secteur du nettoyage où chaque changement de patron est l’occasion d’une nouvelle attaque contre les conditions de travail des travailleurs. Les grévistes revendiquent donc une baisse de la cadence ainsi que l’embauche de nouveau personnel, tout en s’opposant aux mutations de leurs camarades.

Face à cette grève, la direction de Laser Propreté a décidé de jouer la carte du mépris et de la répression. Au moment de la mise en place du service minimum, elle aurait envoyé des personnes provoquer, insulter et menacer les grévistes sur leur piquet de grève. A cela s’ajoute des menaces de licenciement pour faute graves pour 4 des 7 salariés. Hamid, le chef de service, jugé trop proche des salariés, a ainsi été mis à pied après avoir refusé sa mutation. Alors qu’il était convoqué le lundi de Pâques par la direction, celle-ci ne s’est finalement pas présentée, le laissant dans l’attente. Une répression qui vise évidement à faire pâlir la détermination des grévistes dans le combat qu’ils mènent depuis plus d’un mois.

Malgré tous les salariés restent mobilisés. Ce combat est aussi un combat pour la dignité : « Ils nous considèrent comme des matricules, alors que nous sommes juste des êtres humains. On demande juste à travailler et à nourrir nos familles » témoigne Hamid auprès des soutiens. « Les mamans on est fatiguées ! On travaille ici, on travaille à la maison, on n’est pas payées comme les hommes. Est-ce que tu crois qu’on arrivera à 65 ans ? Pour la retraite ? Jamais de la vie ! 65ans pour les mamans, on est morte. », s’indigne une autre gréviste, dans un secteur où les femmes sont les premières surexploitées.
Les grévistes, aidés par la CNT-SO, ont organisé des piquets de grève tous les jours permettant ainsi de discuter entre grévistes mais aussi avec les personnes venues les soutenir. Après avoir participé à la marche pour le climat, ils ont pris part à la manifestation du 1er mai, dans un objectif de convergence des luttes.

Pour soutenir les travailleurs et travailleuses de l’ARS PACA : aidez-les à remplir leur caisse de grève.



Mots-clés

Caisse de grève   /    Secteur du nettoyage   /    mouvement ouvrier   /    Grève   /    Notre classe