^

Politique

#NOSVIESPASLEURSPROFITS

Inacceptable : les équipementiers automobiles veulent continuer à faire fonctionner leurs usines

Les plus grands équipementiers automobiles européens gardent leurs usines ouvertes, alors même que les constructeurs automobiles suspendent leur production. Et certains poussent le cynisme jusqu'au point où Continental déclare qu'il sait comment fonctionner lors d'une pandémie, vu son expérience de la grippe porcine ! Un article publié sur NPA Auto Critique.

mercredi 18 mars

Nous relayons cet article publié sur le site NPA Auto Critique.

Les conditions de travail y sont pourtant les mêmes sinon pires que chez les constructeurs automobiles et la production d’un pare-choc n’est pas plus indispensable que celle d’une bagnole. La différence, c’est le fric. Alors que la majorité de la production des voitures en Europe est destinée à l’Europe elle-même, les fabrications des équipementiers réalisées en Europe sont vendues partout dans le monde, avec des pays encore plus ou moins touchés. Voilà pourquoi il faut continuer à produire ! Et certains poussent le cynisme jusqu’au point où Continental déclare qu’il sait comment fonctionner lors d’une pandémie, vu son expérience de la grippe porcine !

Cette politique s’applique en France avec comme tête de file Valéo. Alors que Plastic Omnium s’apprête à fermer ses sites en France d’ici la fin de la semaine,et que Bosch a fermé le site de Rodez sous la pression des saalriés, Valéo veut continuer à produire coûte que coûte, menaçant de considérer l’exercice du doit au retrait comme un abandon de poste.

Sur le site de Valéo à Angers, qui emploie 1500 salariés, malgré des suspicions de cas de coronavirus dans l’entreprise, l’activité est maintenue sur ce site qui fabrique des phares. La CGT menace d’exercer un droit de retrait face à cette situation.

Sur le site de Valéo à Amiens , qui compte au moins huit cas de coronavirus, la production a été arrêtée à l’initiative des salariés à la mi-journée mardi 17 mars. Les salariés de Valéo ont arrêté le travail et voté un droit de retrait et demandent la fermeture du site.

La situation en Europe décrite par Automotive News

Bosch, Continental, Valeo et ZF Friedrichshafen ont tous déclaré que leurs usines continueraient à fonctionner. En revanche, le fabricant italien de freins Brembo et les géants du pneu Michelin et Pirelli ont annoncé que certaines de leurs usines seraient temporairement fermées.

Tous ces équipementiers ont déclaré, cependant, que cela pourrait changer si les constructeurs automobiles coupaient des commandes en réponse à la baisse de la demande, la situation dépendant également des réglementations gouvernementales visant à freiner la propagation du virus. De nombreux fournisseurs européens produisent des pièces pour des marchés mondiaux qui ne sont pas encore fortement touchés par les restrictions.

Plastic Omnium, le fournisseur français qui fabrique des panneaux de carrosserie et des systèmes de carburant, a déclaré suivre l’exemple de ses clients alors qu’ils fermaient leurs usines d’assemblage et que d’ici la fin de cette semaine, sa propre production cesserait.

Le fabricant de Transmission ZF a déclaré dans un communiqué que certains clients avaient informé le fournisseur qu’ils ralentissaient ou arrêtaient la production. En conséquence, certaines livraisons ont été réduits ou redirigés vers les usines qui fonctionnaient normalement. ” Notre objectif est de fournir à nos clients aussi longtemps que possible et selon les besoins", a déclaré ZF, ajoutant qu’il n’était pas possible de dire avec précision comment le ralentissement de la production de véhicules affecterait les usines individuelles dans le monde entier.

Chez Bosch, le numéro 1 des équipementiers automobiles mondiaux, les opérations de fabrication sont en grande partie maintenues ainsi ses propres chaînes d’approvisionnement.

Continental, le deuxième fournisseur européen, a déclaré “ " les fermetures temporaires d’usines sont le dernier recours et ne sont mises en œuvre que dans des bases extrêmes et lorsque cela est stipulé par les autorités." Il a déclaré dans un communiqué que les plans pandémiques" déjà mis en œuvre avec succès pendant la pandémie de grippe porcine " étaient mis en œuvre au cas par cas.

Webasto, qui fabrique des toits ouvrants, a déclaré que toutes les usines européennes et américaines fonctionnaient, mais a ajouté : “la façon dont cela se développera dans les prochains jours dépendra beaucoup des futurs plans de production.”

Mahle, qui fabrique des pistons et d’autres composants du moteur, a déclaré que trois employés qui travaillaient dans des installations de Stuttgart et de Kornwestheim, en Allemagne, avaient été infectés par le coronavirus et étaient isolés.

Un porte-parole de Valeo a déclaré que le volume actuel des commandes était suffisant pour maintenir toutes les usines opérationnelles pour l’instant. Il a ajouté que Valeo, basée à Paris, portait une attention particulière aux mesures d’hygiène et observait le déroulement de l’épidémie. Autoliv, le fabricant suédois de composants de sécurité, a également déclaré qu’il n’avait fermé aucune usine.

Crédit-photo : Thierry GACHON