^

Monde

Riposte ouvrière !

Inde. Conditions de travail inhumaines : des milliers d’ouvrières de Foxconn se mobilisent et bloquent une autoroute

Ce mardi une importante mobilisation a démarré dans une des unités de production de Foxconn au sud de l’Inde, le mondial de la sous-traitance et principal fournisseur d’Apple, après que des centaines de travailleuses aient dénoncé les mauvaises conditions de travail et une intoxication alimentaire massive.

mercredi 29 décembre 2021

Foxconn est une multinationale d’origine Taïwanaise, le plus important sous-traitant électronique du monde et principal fournisseur d’Apple. L’externalisation et la délocalisation de la production, dans l’ère de la chaîne de valeur globale, permet de maximiser les profits avec une production à bas coût et une surexploitation du travail, notamment dans le sud global. Au Tamil Nadu, le modèle iPhone 12 est fabriqué et les tests de l’iPhone 13 avaient commencé, augmentant ou diminuant les cadences de production en fonction des goulets d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement mondiale.

La société fabrique également l’Amazon Fire TV et certains appareils Xiaomi.

L’entreprise s’est fait connaître particulièrement par les terribles conditions de travail où les usines tournent à sueur et à sang, mais aussi de vie, notamment dans les dortoirs de Foxconn connus comme « villes usines », qui ont amené à une importante vague de suicides.

Le 17 décembre, une intoxication alimentaire massive est survenue dans un dortoir de Foxconn à Tamil Nadu qui a conduit plusieurs personnes à l’hôpital. Questionné sur l’état de santé de ses salariés, la direction s’est refusé à répondre. Ainsi les travailleuses ont décidé d’engager un rapport de force afin de mettre un terme aux conditions de vie et de travail misérable dans l’entreprise. Dans cette unité de production à Tamil Nadu, 16 000 travailleuses étaient employés, la plupart dans des conditions encore plus précaires, des femmes très jeunes entre 18 et 23 ans, migrantes, employées par le biais d’autres agences et sous-traitants sans aucun contrat de travail, mal payées et sans quelconque accès à la protection sociale ou au droit de se syndiquer.

Ainsi, des centaines de travailleuses ont déclenché une mobilisation en bloquant l’autoroute Chennaï-Bangalore. Elles revendiquent que les autorités puissent rapporter des informations sur l’état de santé de leurs collègues ainsi que des actions contre la sous-traitance et l’état miséreux des dortoirs, exigeant une meilleure infrastructure pour des conditions de vie et de travail dignes. Effectivement, la situation du logement dans les dortoirs de Foxconn est préoccupante, surpeuplée et dépourvue de sanitaires. Une chambre avec une capacité maximale à accueillir 10 personnes, accueillait de 20 à 40 travailleuses, sans aucune aération en pleine pandémie. Les travailleuses ont également dénoncé l’alimentation de basse qualité et l’absence des congés maladie.

Comme l’explique Apoorva Kaiwar, la secrétaire régionale d’IndustriALL Global Union, "ses protestations des jeunes femmes de cette usine sont la conséquence des conditions de travail absolument inhumaines à l’usine Foxconn et des conditions de vie dans les dortoirs."

Après plus de 16 heures de manifestations, la police a dispersé les travailleurs qui protestaient près de l’usine à Sunguvarchatram, et a arrêté ceux qui manifestaient à Oragadam, une zone industrielle voisine. Une vingtaine de militants syndicaux ont été placés en garde à vue cette nuit-là. Le lendemain, 67 travailleuses ont été libérées. Ainsi, l’entreprise à réouvert le site en promettant d’éteindre ses installations, améliorer la qualité de la nourriture et embaucher plus « dans un futur proche ». Malgré la coopération de l’entreprise et des forces répressives contre les travailleurs, l’usine a choisi de maintenir l’usine fermée pendant au moins une semaine pour éviter que les protestations ne s’étendent. Ni Foxconn ni Apple n’ont fait de commentaires à la presse.

Les protestations à Foxconn sont les deuxièmes impliquant une usine d’un fournisseur d’Apple en Inde en un an. En décembre 2020, des milliers de travailleurs contractuels dans une usine appartenant à Wistron Corp ont détruit des équipements et des véhicules pour cause de salaires impayés.




Mots-clés

pauvreté   /    Grève   /    Inde   /    Répression   /    Monde