^

Précarité et racisme

Insultes racistes, violences : les livreurs manifestent pour leur dignité

Après les nombreuses agressions racistes contre des livreurs, une manifestation était organisée ce vendredi à 15h Place de la République : pour combattre le racisme et la précarité !

vendredi 18 juin

Crédits : AFP

Le 30 mai avait eu lieu l’agression raciste d’un livreur Uber Eats à Cergy : à la voisine qui filmait la scène, l’agresseur lâchait alors les insultes « espèce de négresse, espèce de sale noire » ou encore « pendant 800 ans on vous a vendus comme du bétail ». Depuis cet événement les agressions racistes se multiplient à l’encontre des livreurs : le 14 mai Yayah Guirassy recevait un sms d’une cliente Uber Eats qui disait « Dépêche-toi, esclave. Je vais te donner qu’un centime, tu ne mérites que ça »

Sur France Info est également sorti le témoignage d’Idriss, livreur chez Uber Eats : « Le client m’a dit : Sale nègre, rentrez chez vous ! ».

Le Collectif des Livreurs Autonomes de Plateformes (CLAP) a appelé à un rassemblement ce vendredi à 15h Place de la République pour dénoncer le racisme qu’ils subissent quotidiennement ainsi que leurs mauvaises conditions de travail. 

« Respect pour les livreurs ! » : c’est ce qui était scandé par les manifestants à Place de la République. 

Et si les travailleurs des diverses plateformes de livraison exigent le respect des clients qui n’ont aucun droit ni aucune légitimité à proférer des insultes racistes, ils dénoncent également les conditions de travail auxquelles ils sont contraints par les entreprises qui les emploient. Les livreurs sont effectivement des jeunes travailleurs, et en grande majorité des jeunes racisés de quartiers populaires, qui ont subi de plein fouet la précarité durant la crise sanitaire. Il ne suffit donc pas à Uber Eats d’annoncer la création d’un « bouton anti-discrimination » pour lutter contre le racisme car les conditions de travail dans l’entreprise sont elles aussi le produit du racisme structurel. 

Dans un contexte de montée de l’extrême-droite qui propage ses discours xénophobes et en même temps avec un gouvernement qui joue sur le même terrain islamophobe, ces agressions contre les livreurs expriment un racisme décomplexé qu’il faut systématiquement dénoncer et combattre. De même qu’il faut lutter contre la précarisation et les nouveaux types de management « ubérisés », il faut garantir à tous les livreurs des emplois stables qui leur permette de vivre dignement ! 




Mots-clés

Islamophobie   /    Racisme   /    Précarité   /    Ubérisation