^

Monde

Escalade des tensions

Irak. Mobilisations pro-iraniennes : Trump envoie des troupes supplémentaires

L’escalade militaire se poursuit en Irak, sur fond de tensions américano-iranienne. Washington va, pour ce début d’année 2020, envoyer 750 soldats supplémentaires dans le Golfe, qui seront « très probablement » envoyés par la suite en Irak selon un responsable américain.

mercredi 1er janvier

Crédit photo : Ahmad al-Rubaye. AFP

L’escalade militaire se poursuit au Moyen-Orient, et plus précisément sur le sol irakien dans le cadre des tensions entre l’Iran et les États-Unis. Suite aux attaques américaine de dimanche dernier contre cinq sites militaires de la milice pro-iranienne Kataib Hezbollah en représailles au lancement de roquettes sur une base militaire irakienne hébergeant de nombreux militaires et civils américains ; des manifestants pro-Iran ont investit la « zone verte ». Un campement devant l’ambassade américaine, qui a été levé ce 1er janvier à l’appel de Kataib Hezbollah. Mardi, des tensions avait été notable devant l’ambassade, occasionnant quelques vitres brisées et endommageant une partie des installations de sécurité.

Une situation qui a immédiatement été instrumentalisée par Donald Trump, qui a déclaré sur Twitter que « l’Iran sera tenu pleinement responsable des vies perdues ou des dégâts occasionnés dans nos installations. Ils paieront LE PRIX FORT ! » avant d’ajouter que « ceci n’est pas une mise en garde, c’est une menace ». Washington a annoncé d’une part que les activités consulaires de l’ambassade étaient suspendues « jusqu’à nouvel ordre » ; d’autre part que 750 soldats supplémentaires allaient être déployés dans le Golfe, avant d’être « très probablement » envoyés en Irak selon un responsable américain.

Cette escalade des tensions donne un peu plus corps aux possibilités de conflit ouvert en Irak entre l’Iran et les États-Unis, qui cherchent pour chacun à étendre leur influence sur le pays. Pour Téhéran, il s’agit d’asseoir sa position de puissance régionale au Moyen-Orient, tandis que les États-Unis entendent maintenir leurs positions impérialistes dans la région.

Comme nous l’écrivions ce 30 décembre sur Révolution Permanente, « les impérialistes ont fait de l’Irak et de la région leur « terrain de jeu » pour atteindre leurs objectifs économiques et géopolitiques sur le dos de la vie et la souffrance de dizaines de millions de personnes. Cependant, le régime réactionnaire iranien n’est nullement une alternative pour les travailleurs et les masses de la région. En ce sens, la révolte actuelle de la jeunesse irakienne peut devenir un point d’appui pour mettre fin à cette course de vitesse réactionnaire au Moyen-Orient ». Les nouveaux événements de ces dernières heures ne font que renforcer ce constat, tout comme la nécessité pour les masses de la région de chercher à déployer, sur le terrain de la lutte des classes en appui avec la révolte actuelle en Irak, une alternative politique face à l’impérialisme américain et à l’influence du régime iranien. Contre la misère qui écrase l’ensemble de la population et contre les risques de guerre qui, avec cette nouvelle escalade, se sont un peu plus exacerbés.




Mots-clés

Iran   /    Irak   /    Proche et Moyen-Orient   /    Etats-Unis   /    Monde