^

Monde

Extrême-droite

Islamophobie. L’extrême droite allemande félicite Macron pour sa loi séparatisme

Cette semaine l’AfD, parti d’extrême droite allemand connu pour ses positions racistes et islamophobes, a déclaré sans ambages son admiration pour le projet de loi porté par LREM. Une preuve de plus, s'il en fallait, de la nature de ce projet.

vendredi 11 décembre 2020

Dans un récent communiqué, l’AfD, parti nationaliste allemand, a plébiscité projet de loi sur le « séparatisme » que propose le gouvernement. Dans le texte, publié le 9 décembre, jour de la présentation du projet de loi, l’organisation d’extrême droite explique notamment que « la France a posé les premiers jalons pour un nettoyage contre l’islamisme » et dit attendre impatiemment l’arrivée d’une même loi en Allemagne. « En France, les horloges fonctionnent différemment - l’AfD se bat pour qu’elles fonctionnent bientôt différemment en Allemagne aussi » explique le parti d’extrême droite, qui revendique les actions policières menées par le gouvernement.

Sans surprise, après la politique de harcèlement de la communauté musulmane menée par le gouvernement via l’instrumentalisation de l’attentat perpétré contre Samuel Paty, le projet de loi sur le séparatisme, défendu par Darmanin et Schiappa, semble séduire les partis les plus réactionnaires.

L’AfD, Alternative pour l’Allemagne, est un parti eurosceptique, anti-immigration, anti-islam et anti-avortement ultraconservateur et connu pour ses positons réactionnaires. Un des cadres du parti, Christian Lüth, avait notamment été enregistré faisant l’apologie de la Shoah, en proposant de « gazer » et « d’abattre » les réfugiés. Il avait même été suspendu une première fois pour avoir revendiqué ouvertement être un « fasciste ». Le parti avait été également alpagué pour avoir diffusé un carnet de coloriage aux dessins racistes représentant notamment des femmes voilées caricaturées.

Comme le note Slate-, pour sa campagne électorale en 2017, l’AfD avait utilisé des affiches racistes et islamophobes dans le cadre d’une opération de propagande intitulée « #TrauDichDeutschland » (« Osez, les Allemands ») et dans laquelle le parti d’extrême droite a versé dans l’opportunisme le plus grossier (en mettant par exemple en scène deux jeunes femmes en maillot de bain contre le port de la « burqa ») tout en développant un discours identitaire abject censé appuyer leur campagne islamophobe.

Si le gouvernement se défend de viser les musulmans, la réaction de l’AfD dit bien à quel point elle constitue un véritable cadeau à l’extrême droite. Le gouvernement ne se cache même plus de cet opportunisme droitier, à l’image de Darmanin qui déclarait récemment à BFM vouloir que « les électeurs du front national puissent revenir dans le giron républicain ». En d’autres termes, le gouvernement veut draguer l’électorat d’extrême droite et de droite en vue des prochaines présidentielles.

De fait, entre la dissolution d’associations musulmanes, comme le CCIF ou Baraka City, l’ouverture d’actions policières contre 76 mosquées, ou encore les sorties xénophobes de Schiappa qui en appelle à la suppression des titres de séjour, le gouvernement mène une offensive islamophobe décomplexée. Cette loi sur le « séparatisme » n’est que la légalisation de ces pratiques et vise à renforcer le contrôle sur les musulmans ainsi qu’à les stigmatiser sous prétexte de lutte contre le terrorisme.

Si le gouvernement tente de repeindre sa loi aux couleurs du progressisme, à l’image de Castex qui défendait hier cette loi comme « Un texte qui s’inscrit dans la tradition des grands fondateurs de notre République » ou encore « un texte pour renforcer nos libertés », il est clair qu’il s’agit d’une attaque islamophobe et sécuritaire. L’extrême droite allemande s’en fait d’ailleurs le porte-parole le moins hypocrite. Une illustration de plus de l’urgence de combattre l’offensive autoritaire du gouvernement dans son intégralité, depuis la loi Sécurité Globale jusqu’à la loi Séparatisme, à commencer par ce week-end dans les rues !




Mots-clés

Macronisme   /    Islamophobie   /    Extrême-droite   /    Monde