^

Jeunesse

Mouvement lycéen

Ivry. 3 lycéens mis en examen pour un tag : la répression du mouvement lycéen se poursuit

Ce vendredi 17 mai, trois lycéens mineurs du lycée Romain-Rolland d'Ivry-sur-seine ont été mis en examen pour avoir tagué leur lycée. Ils risquent trois ans de prison ferme.

mardi 21 mai

Crédit photo

En plein mouvement lycéen contre les réformes du bac et de l’enseignement supérieur un tag « Macron démission » apparaît sur le tableau d’affichage du lycée Romain-Rolland à Ivry-sur-seine début décembre 2018.Six élèves sont alors interpellés et placés 36 heures en garde-à-vue, ce qui en soit constituaient déjà des mesures répressives aberrantes et records pour des simples tags sans aucune preuve contre eux. Au cours de leurs garde à vue les lycéens témoignent avoir subi des violences de la part des policiers. Quelques temps après au cours du mois décembre, d’autres tags sont réalisés dans l’enceinte du lycée, les six élèves sont perquisitionnés, et arrêtés chez eux, menottés, courant février. Quatre d’entre eux sont alors mis en examen, dont trois mineurs, qui étaient convoqués ce vendredi devant le juge pour enfant de Créteil. Accusés par le tribunal d’avoir « pénétré dans l’enceinte de l’établissement » « de l’avoir dégradé » par des tags ainsi que d’avoir « commis des actes d’intimidation envers la proviseure du lycée », ils risquent trois ans de prison ferme. Le quatrième lycéen, majeur, passera lui en novembre devant le tribunal correctionnel de Créteil, il risque 5 ans de prison ferme et 75 000 euros d’amende.

Comme le soulignaient les lycéens interviewés par Street Press en décembre il s’agit bien d’une répression politique liés au contenu des tags. Ce qui leur est reproché véritablement est d’avoir participé au mouvement d’ampleur, qui avait mobilisé des centaines de lycées en pleine effervescence du mouvement des gilets jaunes de décembre dernier. La répression qui s’est abattue sur les lycéens lors des blocus et manifestations a été extrêmement brutale afin de briser toute convergence entre la jeunesse et les Gilets jaunes. On se souvient notamment de la vidéo des lycéens de Mantes-La-Jolie forcés par la police de s’agenouiller les mains sur la tête, certains face au mur, une scène devenue un véritable symbole de la répression du mouvement lycéen.

Pour intimider les Gilets jaunes comme les lycéens, l’État continue à abattre une répression policière et judiciaire acharnée contre tous ceux qui relèvent la tête. Mais les lycéens de Romain Roland, loin de s’arrêter là continuent à se mobiliser pour la relaxe de leurs camarades. Un comité de soutien a été créé  et une soirée de soutien, à laquelle a participé Assa Traoré s’est tenue le samedi 18 mai. 3000 euros ont été récoltés pour les lycéens poursuivis.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Violences policières   /    Lycées   /    Répression   /    Jeunesse