^

Société

Vu sur Street Press

« J’ai 16 ans, je me suis fait tabasser par la police, alors que je n’avais rien fait »

8 jours d'ITT, 4 points de suture à l'arcade sourcilière, des injures racistes et une nuit glacée au commissariat, vendredi Maxen, en 1ère ES, rejoignait des amis après le lycée, au Raincy. Mais un contrôle de policiers de la BAC tourne mal. Il raconte. Nous relayons ci-dessous un extrait du témoignage de violence vu sur StreetPress.

mardi 24 janvier 2017

Je m’appelle Maxen, j’ai 16 ans, je suis en 1ère ES. Vendredi soir, vers 18 heures, j’ai rejoint des amis de mon ancien lycée, au Raincy. Tous les vendredis on sort dans le quartier, et on va au bistrot à côté du lycée.

On marchait ensemble allée Gambetta. Et on a vu du monde, il y avait un attroupement à cause d’une rixe entre deux personnes. C’est à ce moment là que 3 policiers de la Bac sont arrivés. Deux d’entre eux ont arrêté les personnes qui se battaient, et nous ont demandé de nous disperser. A ce moment là, j’étais assez loin.

Le policier de la Bac était super stressé

Le 3e policier de la Bac, un grand chauve, nous a dit de revenir et de nous aligner, pour nous contrôler. Il était super stressé. Je suis revenu assez lentement, parce que j’étais un peu perdu.

Et c’est là que le policier me pousse par derrière. Là je lui mets un tchip (link is external). J’étais assez surpris, je savais pas que c’était lui. Et là, il me dit : « c’est moi que tu tchipes là ? » Et il me pousse deux fois avant de me prendre en étranglement.

Une golden en pleine arcade

Et quand il m’a étranglé, j’ai essayé d’attraper un peu son bras, pour réduire la douleur. Et là il me dit « tu veux jouer du pieds-poings ? », comme si je voulais vraiment me taper avec lui. Et il m’a mis une golden [un gros coup de poing, ndlr] en pleine arcade, en plus il portait une bague au poing.

J’ai tout de suite commencé à saigner, et le policier a balancé en parlant de moi : « Jackie Chan, il fait le chaud ». Oui, je suis d’origine asiatique.

La suite à lire sur StreetPress




Mots-clés

Violences policières   /    Société